Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes










   


Toulouse fait son cinéma
Les autres préfectures

Sa situation géographique

Toulouse est une commune du sud de la France. Capitale pendant près de 100 ans du Royaume wisigoth et capitale historique du Languedoc, elle est aujourd'hui chef-lieu du département de la Haute-Garonne, de la région Midi-Pyrénées et le siège de la Communauté urbaine de Toulouse Métropole.
Avec 447 340 habitants au 1er janvier 2011, Toulouse est la quatrième commune la plus peuplée de France, après Paris, Marseille et Lyon. L'aire urbaine toulousaine regroupe 1 250 251 habitants en 2011, ce qui en fait aussi la quatrième du pays. Avec 892 115 habitants l'agglomération est la sixième derrière Lille et Nice et devant celle de Bordeaux.
Ville à l'architecture caractéristique des cités du Midi de la France, Toulouse est surnommée la "ville rose" en raison de la couleur du matériau de construction traditionnel local, la brique de terre cuite. Le développement de la culture de la violette de Toulouse au XIXe siècle lui vaut le surnom de "cité des violettes". Elle est aussi surnommée la "cité Mondine" (la Ciutat Mondina en occitan), en référence à la dynastie des comtes de la ville, souvent nommés Raymond.
Très tôt industrieuse grâce aux moulins du Bazacle sur la Garonne, puis berceau de nombreux constructeurs d'aéronefs comme Latécoère, Sud Aviation, de la firme Airbus créée à Blagnac en 1970, Toulouse est une technopole européenne qui regroupe de nombreuses industries de pointe en matière aéronautique, spatial, électronique, informatique, chimie, pharmacie ou de services tel le Météopôle. Elle dispose également de nombreux centres de recherches comme le laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes, le centre national d'études spatiales, l'Agrobiopole (INRA, ENSAT) et concentre aussi des recherches liées la médecine humaine et vétérinaire (Oncopole, INSERM, CNRS, CHU de Purpan et de Rangueil).
Elle est aussi une importante ville étudiante : l'université, créée au Moyen Âge (en 1229, l'une des plus anciennes de France avec Paris et Montpellier), accueille 100 000 étudiants. Jean Jaurès a été maître de conférence à la faculté de Lettre, Paul Sabatier prix Nobel de chimie en 1912 a été Doyen de la Faculté des Sciences et Vincent Auriol, président de la République française lauréat d'un Doctorat de la Faculté de Droit.
La ville est dotée d'institutions culturelles de prestige comme le théâtre du Capitole célèbre pour sa tradition d'Opéras et de Bel Canto, doublé de son auditorium atypique la Halle aux Grains. Au grand théâtre Daniel Sorano sont venus s’ajouter le grand théâtre de la Cité TNT et de nombreuses autres salles disséminées dans la ville comme le théâtre Garonne.
La ville de Toulouse est dominée par son sport emblématique qui est le rugby à XV, le célèbre club du Stade toulousain détenant le plus riche palmarès sur le plan national comme sur le plan continental, avec 19 titres de champion de France et 4 titres de champion d'Europe.
D'autres équipements récents comme le centre des congrès Pierre Baudis, la médiathèque José-Cabanis, le Zénith, la cité de l'Espace, le muséum du jardin des plantes, le Casino Théâtre Barrière participent aussi maintenant au rayonnement de cette grande ville européenne.
La ville est classée Grands sites de Midi-Pyrénées. Le Canal du Midi ou Canal Royal du Languedoc qui relie Toulouse à Sète est classé au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1996, la Basilique Saint Sernin plus grand édifice roman d'Europe est inscrite à ce même inventaire de l'UNESCO depuis 1998 au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle sur la "Via Tolosana" ou "Chemin d'Arles". Selon L'Express, Toulouse était la ville la plus dynamique de France en 2009. Le site internet du magazine Challenges renouvelle ce titre en 2012.
Le cassoulet (plat cuisiné le plus vendu en France), la saucisse et la violette sont les spécialités emblématiques de la gastronomie toulousaine.
Source : Wikipédia

Histoire de la ville

Tolosa : Toulouse fut fondée par par les Volques-Tectosages qui s’établirent dans la région vers le IIIe siècle avant notre ère. Menacés par leurs voisins, les Cimbres, ils eurent l’imprudence de faire appel aux Romains qui occupaient la Narbonnaise voisine et qui en profitèrent pour coloniser la ville. En bordure de Garonne, sur 90 hectares, la cité, entourée de remparts, prospéra grâce au commerce de vins d’Italie. Construite en briques rouges, la pierre étant rare dans la région, elle vit s’éclore une civilisation raffinée. Au milieu du IIIe siècle, l’évêque Saturnin, plus connu sous le nom de Saint Sernin, évangélisa la ville et y fut martyrisée. Peu après la chute de Rome, les Wisigoths s’emparèrent de Tolosa en 418 et en firent la capitale d’un vaste royaume qui s’étendait de part et d’autre des Pyrénées. Défaits à la bataille de Vouillé, les Wisigoths furent refoulés en Espagne et laissèrent Tolosa aux mains des Francs.
La période comtale : S’ensuivit une période trouble qui virent les fils du roi Clotaire rivaliser pour le pouvoir, les invasions arabes, normandes et hongroises ravager la riche campagne languedocienne. Il fallut attendre le règle de Charlemagne pour voir l’ordre rétabli. Louis le Pieux devint alors roi d’Aquitaine et établi Toulouse comme capitale. Lorsqu’il succéda à l’empereur son père, il laissa la ville à des conseillers de sa parenté qui furent à l’origine de cette lignée des comtes de Toulouse dont les territoires s’étendaient des Pyrénées jusqu’à l’Auvergne. Dans cette ville en expansion, le pouvoir fut progressivement partagé entre les comptes et les représentants des classes commerçantes regroupés dans un collège consulaire, démocratiquement désigné, les senhors de Capitol ou Capitouls. Ces derniers jusqu’à la Révolution, jouirent de privilèges importants et de droits judiciaires. Il fallait aussi compter avec l’autorité de l’Eglise. C’est à Toulouse qu’Urbain II lança en 1095 l’appel à la Croisade, confiant à Raimond IV le commandement de la principale armée chargé d’aller délivrer le tombeau du Christ.
L’hérésie cathare : C’est pourtant dans cette cité très catholique, que se diffusa une hérésie venue du pays des Bogomiles (Bulgarie), le catharisme. Lente à s’organiser, la réaction prit la forme d’une croisade dont l’enjeu dépassa rapidement le cadre religieux pour se transformer en lutte politique entre princes du Nord, roi de France en tête, et princes méridionaux. Le conflit ravagea le pays pendant un bon tiers du XIIIe siècle. Après la mort du chef des croisés, le tristement célèbre Simon de Monfort, sous les murs de Toulouse en 1218, il fallut encore plus de 10 ans de luttes avant que le Traité de Paris (1229) ne mit à l’indépendance du comté de Toulouse. Si Raimond VII conservait son titre, sa fille unique devait épouser Alphonse de Poitiers, frère de Louis IX. Et lorsqu’en 1271, le couple parti pour la croisade disparut sans héritiers, le comté échut à la couronne de France. Le succès de la Croisade marqua la fin d’une civilisation originale dont Toulouse avait été le foyer, aussi bien dans le domaine religieux avec la construction des couvents des Jacobins, des Cordeliers ou encore des Augustins que culturel avec la fondation du Collège du Gai Scavoir, origine de cette Académie des Jeux floraux, la plus ancienne des Compagnies littéraires.
L’âge d’or du Pastel : Après la Croisade advint la guerre de Cent ans qui n’arrangea pas les affaires de Toulouse. Solidement incorporée au royaume de France, Toulouse devient la ville dominante de la province du Languedoc, sans rivale à l’Est mais contestée à l’Ouest par Bordeaux et l’émergence de Montoban et d’Auch. L’impulsion décisive de l’essor urbain de l’époque moderne vint de la prospérité économique que produisit à l’aube du XVIe siècle, "le miracle du pastel". Cultivé dans les terres du Lauragais, le pastel donnait une teinture bleue fort recherchée dans l’Europe entière. Après un traitement judicieux, les feuilles de pastel, macérées et broyées, constituaient ces fameuses "coques" productrices de richesses si grandes qui les contrées qui pouvaient en bénéficier devinrent des "pays de cocagne". Cette période de prospérité qui s’étendit de 1460 à 1560, date à laquelle la découverte de la route des Indes et l’importation de l’indigo ruinèrent l’exploitation du pastel, vit la construction de ces palais de la Renaissance, fierté et orgueil de la ville.
Une histoire sans relief :A la fin du XVIe siècle, et tout au long du XVIIe, Toulouse connut des heures sombres : guerre de religion qui vit Toulouse rester fidèle au catholicisme alors que sa région était gagnée aux idées de la Réforme, abaissement des franchises communales par Richelieu, partage de la souveraineté administrative sur le Languedoc avec Montpellier et la bataille de Toulouse en 1814 qui vit s’affronter troupes napoléoniennes et soldats anglais. Toulouse résista toutefois grâce à son agriculture : la culture du blé qui dominait dans la région toulousaine était suffisament performante pour permettre l’exportation de la précieuse céréale dans les régions déficitaires et ce malgré le handicap de moyens de communication limités. On comprend alors tout l’intérêt accordé au projet mené par Paul Riquet, le percement en un temps record (1666-1681) d’un canal qui reliait Toulouse à Sète. Toutefois, ces succès agricoles se transformèrent en handicap, l’industrie n’ayant jamais réussi à éclore à l’aube de la Révolution industrielle, plongeant la cité dans un assoupissement inquiétant.
La période moderne : Reliée par le chemin de fer à partir de 1856, Toulouse retrouve un certain dynamisme avec l’arrivée d’investisseurs du Nord (banques, compagnies d’assurances, grands magasins). La ville s’agrandissant, elle fut, comme Paris, transformée par le percement de grands boulevards donnant naissance à la rue d’Alsace-Lorraine et à la rue de Metz. Mais l’industrie est toujours aussi faible, la manufacture des tabacs mises à part. C’est à la première guerre mondiale, que Toulouse doit son décollage économique. Loin de la ligne de front, bien peuplée, bien desservie, Toulouse voit se développer son industrie militaire (la cartoucherie), chimique (les engrais de l’ONIA) et aussi, son industrie aéronautique encore balbutiante. C’est sur cette industrie aéronautique et la présence de près de 120.000 étudiants que Toulouse a bâti son succès. Démographiquement, la cité a bénéficié de l’apport de plus de 360.000 rapatriés d’Algérie et ces dernières années, d’un flux migratoire positif en provenance de la France entière.
Source : Occitanie

Les films tournés à Toulouse

Les années 1960

LA BOURSE ET LA VIE...

1965, France, Comédie
Réalisé par Jean-Pierre Mocky
Scénario de Fernand Marzelle, Jean-Pierre Mocky & Alain Noury
Dialogues de Marcel Aymé
Photographie de Jean Tournier
Musique de Bernard Kesslair
Décors de Jacques Brizzio & Rino Mondellini
Montage de Janette Kronegger & Gabriel Rongier
Son de Antoine Petitjean
Scripte de Lily Hargous
Durée 1 h 30

Avec Fernandel, Jean Poiret, Heinz Ruhmann, Michel Galabru, Jacques Legras, Jean-Claude Remoleux, Gabriello, Jean Carmet, Christa Nelli, Marilù Tolo, Colette Teisseidre, Darry Cowl, Dominique Zardi, Michael Lonsdale, Andrex, Marcel Pérès, Léonce Corne, Henri Attal, Edmond Ardisson, Philippe Castelli...

Résumé : Monsieur Pélepan, directeur de la société immobilière Bertin sise à Toulouse, se voit contraint de détourner la paie des employés. Il a jusqu'au lendemain pour régulariser la situation. Tout va pour le mieux car Madame Pélepan, présidente de la société, accepte de faire un chèque de 15 millions qui vont être remis en petites coupures par le caissier Migue & le chef comptable Schmidt. A la gare ou ils doivent remettre cet argent, ils se trompent de direction et l'aventure commence...

Voir aussi : Marcel Aymé, Paris 4ème, Paris 7ème, Paris 8ème, Paris 16ème, Studio de Boulogne-Billancourt & Val-d'Oise.

Les années 2000

© SND
D'ARTAGNAN
(The musketeer)

2001, Allemagne, Luxembourg, Grande-Bretagne, Aventures
Réalisé par Peter Hyams
Scénario de Gene Quintano
Photographie de Peter Hyams & Stefano Paradiso
Musique de David Arnold
Décors de Philip Harrison & Milly Burns
Direction artistique de Damien Lanfranchi, Adele Marolf, Keith Slote & Petra Weber
Costumes de Cynthia Dumont & Raymond Hughes
Montage de Terry Rawlings
Mixage son de Detlev Fichtner
Casting d'Anja Dihrberg, Monique Durlacher, Celestia Fox, Caroline Mazauric & Penny Perry
Scripte de Sheila McNaught
Durée 1 h 44

Avec Justin Chambers (D'Artagnan), Catherine Deneuve, Tim Roth, Mena Suvari, Daniel Mesguich, Stephen Rea, Jean-Pierre Castaldi, Jeremy Clyde, Tsilla Chelton, Anne-Marie Pisani...

Résumé : En l'an 1625, D'Artagnan Gascon de naissance rejoint Paris pour être enrôlé chez les mousquetaires au côté du roi. Tout ça pour mettre des bâtons dans les roues dans les plans du Cardinal Richelieu. Mais au début D'Artagnan il ne sait rien... Non ! Non ! On a déjà vu ça mais d'habitude sans Kung-fu...



Voir aussi : Alexandre Dumas & Auch.
17 FOIS CÉCILE CASSARD

2002, France, Comédie Dramatique
Réalisé par Christophe Honoré
Scénario de Christophe Honoré
Photographie de Rémy Chevrin
Musique d'Alex Beaupain
Décors de Laurent Allaire
Costumes de Pierre Canitrot
Montage de Chantal Hymans
Son de Michel Casang, Valérie De Loof & Thierry Delor
Casting de Richard Rousseau
Durée 1 h 45

Avec Béatrice Dalle, Romain Duris, Jeanne Balibar, Ange Ruzé, Johan Oderio-Robles, Tiago Manaia, Jérôme Kircher, Julien Collet, Marie Bunel...

Résumé : Cécile Cassard est mariée et mère d'un petit garçon de trois ans. Mais elle vient de perdre accidentellement son mari. Alors elle décide de confier son enfant à Edith, une amie et part à l'aventure pour faire son deuil. En chemin elle rencontrera Matthieu, un homosexuel qui lui redonne de la joie dans sa vie...

3 AMIS

2007, France, Comédie
Réalisé par Michel Boujenah
Scénario de Michel Boujenah & Pascal Elbé
Photographie de Philippe Pavans de Ceccatty
Musique d'Olivier Schultheis
Décors de Frédéric Bénard
Costumes de Mimi Lempicka
Montage de Jennifer Augé
Son de Dominique Levert, Vincent Guillon & François-Joseph Hors
Casting de Françoise Menidrey
Scripte de Françoise Thouvenot
Durée 1 h 33

Avec Pascal Elbé, Mathilde Seigner, Kad Merad, Annelise Hesme, Yves Rénier, Marie Bunel, Daniel Duval, Constance Dolle, Philippe Noiret, Carole Richert...

Résumé : Qu'est-ce qu'un ami ? Est-ce que j'en ai un ? Est-ce que j'en suis un (ou une) ? C'est quoi cette relation étrange qu'on appelle l'amitié ? Cette histoire d'amour où l'on ne couche jamais ensemble. Comment je peux faire du bien à mes amis ? Est-ce que j'ai le droit d'intervenir dans leur vie sous couvert de l'amitié ? Et jusqu'à quel point et pourquoi ? Et au fond, quel est ce sentiment étrange qui m'habite quand un ami a besoin de moi ? Un bonheur ou un besoin ?...


Les années 2010


2010, France, Drame
Réalisé par Yasmina Reza
Scénario de Yasmina Reza d'après sa pièce "Une pièce espagnole"
Photographie d'Antoine Héberlé
Décors de Denis Renault
Montage de Monica Coleman
Son de Miguel Rejas
Casting de Joanna Delon
Scripte de Nathalie Vierny
Durée 1 h 24

Avec Carmen Maura, Emmanuelle Seigner, Victor-Xavier Garcia, Ivan Barbot, Valérie Dréville, Bouli Lanners, Ninon Jaegle, Christèle Tual, André Dussollier, Philippe Uchan, Stephen Frears...

Résumé : Pilar est espagnole et veuve. Elle a élevé ses trois filles en France. Amoureuse de Fernand, le gérant de son immeuble, elle organise chez elle un déjeuner de présentation. Une réunion improbable où la folie familiale l’emporte...


Né(e)s à Toulouse

Acteur



Gérard Barray
Né le 2/11/1931