Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes
Contact














La bande dessinée au cinéma

1981
1900 1901 1902 1903 1904 1905 1906 1907 1908 1909 1910 1911 1912 1913 1914 1915 1916 1917 1918 1919 1920 1921 1922 1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933 1934 1935 1936 1937 1938 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019

FAIS GAFFE À LA GAFFE !

1981, France, Comédie
Réalisé par Paul Boujenah
Scénario de Paul Boujenah & Francis Lax d'après la bande dessinée d'André Franquin
Photographie de Pierre Gautard
Musique de Patrick Artero, Claude Bolling & André Villeger
Décors de Jacques Bufnoir
Montage de Michel Lewin
Son de Paul Lainé
Mixage son de Jacques Jullian
Scripte de Florence Moncorgé-Gabin
Durée 1 h 23

Avec Roger Mirmont, Marie-Anne Chazel, Daniel Prévost, François Maistre, Marco Perrin, Lorraine Bracco, Francis Lax, Michel Boujenah, France Rumilly, Marc Chapiteau...

Résumé : Chargé de la maintenance des systèmes électroniques d'un grand magasin, "G" est renvoyé, car sa distraction est la cause de grandes perturbations... Un accident de voiture le met en "contact" avec Dumoulin, le grand éditeur, qui lui procure un emploi afin qu'il puisse rembourser les dégâts causés à sa voiture. "G" devient un peu l'homme à tout faire de l'entreprise...

Les plus de Ciném@ et Cie : André Franquin est né le 3 janvier 1924 à Etterbeek (Belgique). Après une année de cours de dessin à St-Luc (Bruxelles), entre en 1944, alors âgé de 20 ans, en tant qu'animateur au studio de dessins animés CBA. Durant ses courtes années d'animateur, il rencontre Peyo, le créateur des Schtroumpf, Eddy Paape, celui de Luc Orient, et Morris, celui de Lucky Luke. C'est ce dernier qui le présente à Jijé, père de Spirou.
En 1946, Jijé lui cède le personnage, emblème du journal Spirou après un bout d'essai concluant parut dans l'Almanach Spirou de 1947. Le Personnage fut créé en 1938 par le Français Robert Velter (plus connu sous "Rob-Vel") qui, une fois mobilisé, ne parvenait plus à faire parvenir à temps ses planches en Belgique. Franquin n'a pas seulement repris le personnage de Spirou, il a aussi ajouté sa griffe et, de peur de ne pas faire rire, il insère des gags "pour être sûr". Il affine aussi Fantasio, l'ami farfelu de Spirou, le village de Champignac, et surtout le travail sur des personnages tels que le comte Pacôme Hégésippe Adélard Ladislas de Champignac, Zorglub et dans "Spirou et les Héritiers" (1952) apparaît le Marsupilami de Palombie, qui accompagnera Spirou et Fantasio dans toutes les aventures dessinées ensuite par Franquin.
1955 voit une dispute entre Dupuis et Franquin à cause de droits d'auteurs sur un album. Celui-ci entre alors aux Éditions Le Lombard et y signe un contrat de 5 ans. Il crée Modeste et Pompon pour le journal Tintin. Il se réconcilie avec Dupuis et retourne aux ateliers de Marcinelles. Cependant il continue à travailler pendant 4 ans chez Le Lombard. De nature paresseuse, il crée son double et en fait un héros bien à part dans la bande dessinée, Gaston Lagaffe, qui voit le jour le 28 février 1957.
Dans "Le Trombone illustré", une publication de 30 numéros accompagnant le journal Spirou , il fait part de ses idées noires qui paraîtront plus tard dans "Fluide glacial".
À partir de 1987, avec Batem au dessin, Franquin conçoit une série d'albums parus chez Marsu-Productions avec, comme héros, le Marsupilami dont il avait gardé jalousement les droits. Le 27 novembre 1996, Marsu-Productions propose un nouvel album de Lagaffe assemblant une série de planches parues dans "Spirou" et jamais éditées en album.
À 73 ans, le dimanche 5 janvier 1997, Franquin devenu l'un des pères fondateurs de la bande dessinée belge quitte discrètement la scène du 9e Art. Il nous laisse ainsi seul avec des héros bien sympathiques et un recueil de signatures farfelues, "Signés Franquin".

Source : bedetheque.com