Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes
Contact










   



La vie des hommes d'Etat au cinéma

Sir Winston Churchill

Winston Leonard Spencer-Churchill est un homme d'État britannique, né le 30 novembre 1874 au palais de Blenheim (Woodstock, Oxfordshire, Royaume-Uni) et mort le 24 janvier 1965 à Londres. Sa lucidité face au nazisme, son action décisive en tant que Premier ministre du Royaume-Uni de 1940 à 1945 durant la Seconde Guerre mondiale, joints à ses talents d'orateur et à ses bons mots, en ont fait un des hommes politiques du XXe siècle les plus reconnus. Ne disposant pas d'une fortune personnelle, il tire l'essentiel de ses revenus de sa plume. Ses dons d'écriture seront couronnés à la fin de sa vie par le prix Nobel de littérature. Il est également un peintre estimé.
Winston Leonard Spencer-Churchill appartient à la famille aristocratique Spencer, dont il est la plus brillante figure depuis son ancêtre John Churchill, 1er duc de Marlborough (1650-1722), auquel il a consacré une biographie. Fils d'un homme politique conservateur atypique n'ayant pas connu le succès escompté et mort relativement jeune, il ambitionne très vite de réussir dans ce domaine. De fait, s'il débute dans la carrière militaire et combat en Inde, au Soudan et lors de la seconde guerre des Boers, il y cherche surtout l'occasion de briller et de se faire connaître. Cette recherche de gloire lui vaut parfois un certain nombre d'inimitiés parmi ses pairs. Assez rapidement, en partie pour des questions financières – l'armée paie moins que le journalisme et il a besoin d'argent – il sert en tant que correspondant de guerre, écrivant des livres sur les campagnes auxquelles il participe. Bien plus tard, il sert brièvement sur le front de l'Ouest pendant la Première Guerre mondiale, comme commandant du 6e bataillon des Royal Scots Fusiliers.
Il est député durant la majeure partie de sa carrière politique, longue de près de 60 années, commencée et terminée aux côtés du Parti conservateur, malgré un intermède crucial au Parti libéral ; il occupe également des postes ministériels pendant près de 30 ans. Avant la Première Guerre mondiale, il est ministre du Commerce, secrétaire du Home Office et Premier Lord de l'Amirauté du gouvernement libéral d'Herbert Henry Asquith. À ce titre, il participe à la création des premières lois sociales de son pays et à un mouvement visant à restreindre l'importance de la Chambre des lords, deux éléments qui lui valent une forte inimitié de la part des conservateurs. Il reste à cette fonction jusqu'à la défaite britannique lors de la bataille des Dardanelles, dont il est tenu pour responsable, et qui provoque son éviction du gouvernement. Blanchi de ces accusations par une commission d'enquête parlementaire, il est rappelé comme ministre de l'Armement, secrétaire d'État à la Guerre et secrétaire d'État de l'air par David Lloyd George, alors Premier ministre.
Durant l'entre-deux-guerres, il quitte le Parti libéral et revient au Parti conservateur, avant de devenir chancelier de l'Échiquier. Son bilan à ce poste est mitigé. L'économie n'est pas son domaine de prédilection, à la différence de la politique étrangère et des affaires de stratégie militaire. Dans les années 1930, il n'est pas en phase avec le milieu politique d'alors. Les conservateurs qui dominent le parti ne l'apprécient pas et lui-même n'est pas un homme d'appareil ; ses prises de position envers les régimes fascistes ou lors de la crise monarchique détonnent, les dernières lui vouant une solide inimitié de la part du roi George VI. Il connaît une dizaine d'années de traversée du désert ; il s'y distingue toutefois de nombre de ses pairs par son opposition vigoureuse à la montée en puissance de l'Allemagne nazie et ses appels à la vigilance face aux ambitions d'Adolf Hitler.
Il faut attendre le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale pour que Winston Churchill redevienne ministre en tant que Premier Lord de l'Amirauté. Après la démission de Neville Chamberlain, le 10 mai 1940, il devient Premier ministre du Royaume-Uni, les conservateurs l'ayant choisi plus par défaut que par adhésion. À 65 ans, alors le plus âgé des grands dirigeants alliés, il atteint le sommet de sa carrière politique. Il organise les forces armées britanniques et conduit le pays à la victoire contre les puissances de l'Axe. Ses discours et ses paroles marquent le peuple britannique et les forces alliées. Il plaide également, en 1944, auprès du président américain Franklin D. Roosevelt pour qu'il reconnaisse le gouvernement de la France libre, dirigé par Charles de Gaulle, lequel éprouva une tumultueuse mais forte amitié à l'égard du Premier ministre. Il intercède une fois de plus, l'année suivante, auprès de Roosevelt et de Staline pour que la France obtienne une place au Conseil de sécurité des Nations unies et une zone d'occupation en Allemagne.
Après avoir perdu les élections législatives de 1945, il devient chef de l'opposition conservatrice, dénonçant dès 1946 le rideau de fer. Il occupe à nouveau la fonction de Premier ministre de 1951 à 1955, date de sa démission. Malade, il reste cependant jusqu'en 1964 membre d'un parlement où il avait été élu pour la première fois en 1900.
En 1953, la reine Élisabeth II le fait chevalier de l'ordre de la Jarretière. À sa mort, elle le gratifie d'obsèques nationales qui, avec celles du pape Jean-Paul II en 2005, seront l'occasion de ce qui est, encore de nos jours, l'un des plus importants rassemblements d'hommes d'État ayant eu lieu dans le monde.
Source : Wikipédia

LES GRIFFES DU LION
(Young Winston)

1972, Grande-Bretagne/USA, Biopic
Réalisé par Richard Attenborough
Scénario de Carl Foreman basé sur "My Early Life: A Roving Commission" de Winston Churchill
Photographie de Gerry Turpin
Musique d'Alfred Ralston
Décors de Donald M. Ashton & Geoffrey Drake
Direction artistique de John Graysmark & William Hutchinson
Costumes d'Anthony Mendleson
Montage de Kevin Connor
Casting de Miriam Brickman
Durée 2 h 37

Avec Robert Shaw, Anne Bancroft, Simon Ward, Jack Hawkins, Patrick Magee, Edward Woodward, John Mills, Peter Cellier, Laurence Naismith, Colin Blakely, Ian Holm, Jane Seymour, Thorley Walters, Anthony Hopkins, Nigel Hawthorne...

Résumé : Biographie de Winston Churchill, de ses premiers pas jusqu'aux campagnes aux Indes et en Afrique, qui précédèrent son entrée à l'Académie Royale Militaire, et au Parlement...

Prix & Récompenses : Bafta 1973 : Meilleurs costumes.


Gandhi

Mohandas Karamchand Gandhi est né à Porbandar (Gujarat) le 2 octobre 1869 et mort assassiné à Delhi le 30 janvier 1948. C'est un dirigeant politique, important guide spirituel de l'Inde et du mouvement pour l'indépendance de ce pays. Il est communément connu et appelé en Inde et dans le monde comme le Mahatma Gandhi, voire simplement Gandhi, Gandhiji ou Bapu. "Mahatma" étant toutefois un titre qu'il refusa toute sa vie d'associer à sa personne.
Il a été un pionnier et un théoricien du satyāgraha, de la résistance à l'oppression par la désobéissance civile de masse, cette théorisation était fondée sur l′ahiṃsā ("non-violence"), qui a contribué à conduire l'Inde à l'indépendance. Gandhi a inspiré de nombreux mouvements de libération et de défense des droits civiques dans le monde. Son analyse critique de la modernité occidentale, des formes d'autorité et d'oppression (dont l'État), sont une remise en cause du développement qui influença nombre de théoriciens et de dirigeants politiques.
Avocat ayant fait ses études de droit en Grande-Bretagne, Gandhi développa, au fil de ses actions pour la dignité humaine et la justice sociale, une méthode de désobéissance civile non-violente en Afrique du Sud, en organisant la lutte de la communauté indienne pour ses droits civiques. À son retour en Inde, Gandhi incita les fermiers et les travailleurs pauvres à protester contre les taxes jugées trop élevées et la discrimination dont ils étaient victimes, et porta sur la scène nationale la lutte contre les lois coloniales instaurées par les Britanniques. Devenu le dirigeant du Congrès national indien, Gandhi mena une campagne nationale pour l'aide aux pauvres, pour la libération des femmes, pour la fraternité entre les communautés de différentes religions ou ethnies, pour la fin de l'intouchabilité et de la discrimination des castes, et pour l'autosuffisance économique de la nation, mais surtout pour le Swaraj — l'indépendance de l'Inde de toute domination étrangère.
Gandhi conduisit la marche du sel, célèbre opposition à la taxe sur le sel. Il lança également l'appel au mouvement Quit India le 8 août 1942. Il fut emprisonné plusieurs fois en Afrique du Sud et en Inde pour ses activités ; il passa en tout six ans en prison.
Hindou profondément religieux et adepte de la philosophie indienne, Gandhi vivait simplement, organisant un ashram qui était autosuffisant. Il faisait et lavait ses propres vêtements — la traditionnelle dhoti indienne et le châle, avec du coton filé avec un charkha (rouet) — et était un militant végétarien. Il pratiquait de rigoureux jeûnes sur de longues périodes, pour s'auto-purifier mais aussi comme moyen de protestation, d'influence et de réforme chez autrui.
Gandhi est reconnu comme le Père de la Nation en Inde, où son anniversaire est une fête nationale. Cette date a également été déclarée "Journée internationale de la non-violence" par l'Assemblée générale des Nations unies en 2007.

Source : Wikipédia

GANDHI

1982, Grande-Bretagne/Inde, Biopic
Réalisé par Richard Attenborough
Scénario de John Briley
Photographie de Ronnie Taylor & Billy Williams
Musique de Ravi Shankar
Décors de Stuart Craig
Direction artistique de Norman Dorme, Robert W. Laing & Ram Yedekar
Costumes de Bhanu Athaiya & John Mollo
Montage de John Bloom
Montage son de Jonathan Bates
Casting de Susie Figgis
Durée 3 h 11

Avec Ben Kingsley, Rohini Hattangadi, Roshan Seth, Candice Bergen, Edward Fox, John Gielgud, Trevor Howard, John Mills, Martin Sheen, Ian Charleson, Ian Bannen, Om Puri, Daniel Day-Lewis...

Résumé : Reconstitution historique à grand spectacle de la vie de celui que l'on surnomma le "mahatma". La carrière de Gandhi comme avocat débute en Afrique du Sud où il défend les droits de la minorité indienne, ce qui a un grand retentissement dans son pays. Plus tard, dans ses luttes contre les Anglais, il prônera toujours la non-violence et usera essentiellement de l'arme de la grève de la faim...

Prix & Récompenses :

Bafta 1983 : Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleur second rôle féminin & meilleure révélation.
David Di Donatello 1983 : Meilleur film étranger & meilleur producteur étranger.


Abraham Lincoln

Abraham Lincoln, né le 12 février 1809 dans le Comté de Hardin au Kentucky et mort le 15 avril 1865 à Washington, est le seizième Président des États-Unis. Il est élu pour deux mandats de 4 ans, en 1860 et 1864, sans terminer ce dernier.
Il est le premier président républicain de l'histoire du pays. Il a dirigé les États-Unis lors de la pire crise constitutionnelle, militaire et morale de son histoire — la Guerre de Sécession —, et réussit à préserver l'Union. C’est au cours de celle-ci qu’il fait ratifier le XIIIe amendement de la Constitution des États-Unis et abolit l’esclavage. Il sort victorieux de la guerre mais meurt assassiné 2 mois plus tard, à la suite d'un complot émanant de partisans confédérés au début de son second mandat.
Lincoln naît dans une famille modeste. Après une enfance et adolescence sans relief, il apprend le droit grâce à ses seuls talents d’autodidacte et devient avocat itinérant. Entraîné peu à peu sur le terrain de la politique, il dirige un temps le parti Whig et est élu à la Chambre des représentants de l’Illinois dans les années 1830, puis à celle des États-Unis pour un mandat dans les années 1840.
Alors que le pays traverse depuis plusieurs années une période de grandes tensions au sujet de l’esclavage, Lincoln, qui s’oppose à son extension, acquiert une notoriété nationale en 1858 à la suite d’une série de débats contre Stephen A. Douglas, partisan du droit des États à introduire ou non l’esclavage sur leur territoire. Porté par cette popularité, Lincoln est choisi par le Parti républicain nouvellement formé, pour le représenter aux élections présidentielles. Bien que lâché par les États du Sud, il remporte la plupart des États du Nord et est élu président en 1860. Cette élection entraîne immédiatement la sécession de 7États esclavagistes du sud avec l’Union et la formation des États confédérés d'Amérique, bientôt rejoint par d’autres États malgré des tentatives de compromis et de réconciliation de la part de l’Union.
L’attaque de Fort Sumter le 12 avril 1861 par les troupes confédérées pousse la majeure partie du Nord à se regrouper derrière l’étendard national et Lincoln à concentrer sa politique et son action sur l’effort de guerre. Son but est alors de réunir la nation. Tandis que le Sud entre en état d’insurrection, Lincoln exerce son droit de suspendre l’habeas corpus entraînant l’arrestation et la détention sans procès de milliers de suspects sécessionnistes. Pendant la guerre, son combat pour l’abolition de l’esclavage apparaît notamment à travers la Proclamation d'émancipation, en vigueur le 1er janvier 1863, dans lequel il encourage les États intermédiaires à abolir progressivement l’esclavage. Cette proclamation est également la première étape d'un processus qui, à terme, amène à la ratification du XIIIe amendement de la Constitution par le Congrès, offrant la liberté à tous les esclaves du pays en décembre 1865. Lincoln suit de près l’évolution de la guerre et supervise notamment la nomination des généraux, dont celle d'Ulysses S. Grant. Dans son cabinet, il réunit les différents leaders de son parti et les oblige à coopérer. Sous son commandement, l’Union met en place un blocus naval pour paralyser les échanges commerciaux du Sud, prend le contrôle des États frontaliers au début de la guerre, gagne celui des réseaux de communication fluviaux du sud, et essaie sans relâche de s’emparer de la capitale confédérée, Richmond en Virginie, jusqu’au succès de Grant en 1865.
Une succession de batailles victorieuses, ainsi que des tentatives d’entente avec les démocrates lui assurent sa réélection en 1864. Après la défaite des États confédérés, Lincoln se veut conciliant avec le Sud lors de son discours d’investiture de second mandat, et appelle à l’apaisement. Mais son programme de reconstruction ne vit pas le jour en raison de son assassinat le 14 avril 1865 par John Wilkes Booth, partisan sudiste. La mort de Lincoln est le premier assassinat d'un président des États-Unis et plonge le pays dans le deuil. Lincoln est considéré tant par les historiens que par le public comme un des plus grands présidents des États-Unis.

Source : Wikipédia

ABRAHAM LINCOLN
(Abe Lincoln in Illinois)

1940, USA, Biopic
Réalisé par John Cromwell
Scénario de Robert E. Sherwood d'après sa pièce de théâtre & Grover Jones
Photographie de James Wong Howe
Musique de Roy Webb
Décors de Casey Roberts
Direction artistique de Van Nest Polglase
Montage de George Hively
Casting de Charles Richards
Durée 1 h 50

Avec Raymond Massey, Gene Lockhart, Ruth Gordon, Mary Howard, Minor Watson, Alan Baxter, Harvey Stephens, Howard Da Silva, Charles Middleton, Erville Alderson, George Chandler, George Irving, Ian Wolfe...

Résumé : Fils d'un humble pionnier, Abraham Lincoln voit le jour dans le Kentucky, en 1809. Sa rude jeunesse dans l'Indiana encore sauvage affermit sa volonté. Brillant autodidacte, il exerce divers métiers avant de devenir avocat en 1837. Entre-temps, il s'engage en politique et, refroidi par un premier amour malheureux, épouse Mary Todd, qui ne l'enflamme guère mais qui lui ouvre les portes de la bonne société. Lincoln entre au Congrès en 1847, comme député républicain de l'Illinois. Sa femme rêve de devenir la première dame du pays. Il ne la décevra pas...


(Abraham Lincoln : Vampire hunter)

2012, USA, Fantastique
Réalisé par Timur Bekmambetov
Scénario de Seth Grahame-Smith d'après son roman
Photographie de Caleb Deschanel
Musique d'Henry Jackman
Décors de François Audouy & Cheryl Carasik
Direction artistique de Beat Frutiger
Costumes de Varvara Avdyushko & Carlo Poggioli
Montage de William Hoy
Montage son d'Ezra Dweck
Mixage son de Nerses Gezalyan & Kim H. Ornitz
Casting de Mindy Marin
Scripte de Sheila Waldron
Durée 1 h 45

Avec Benjamin Walker (Abraham Lincoln), Dominic Cooper, Anthony Mackie, Elizabeth Winstead, Rufus Sewell, Marton Csokas, Jimmi Simpson, Joseph Mawle, Alan Tudyk...

Résumé : Lorsqu'Abraham Lincoln découvre que des vampires assoiffés de sang se préparent à envahir le pays, il jure de les éliminer les uns après les autres, à coups de hache. C'est alors que se révèle un chasseur hors pair, menant une guerre secrète sans précédent, avant même de devenir l'illustre figure de la guerre de Sécession...


François Mitterand

François Mitterrand est né le 26 octobre 1916 à Jarnac (Charente, France) et mort le 8 janvier 1996 à Paris (France).
Avocat de formation, agent contractuel sous le régime de Vichy puis résistant, il s'engage en politique après la Seconde Guerre mondiale au sein de l'Union démocratique et socialiste de la Résistance. Député de 1946 à 1958 (puis sénateur de 1959 à 1962 et à nouveau député de 1962 à 1981), il est onze fois ministre sous la IVe République, notamment ministre des Anciens combattants et des Victimes de guerre, ministre de la France d'Outre-mer, ministre de l'Intérieur et garde des Sceaux, ministre de la Justice.
Défavorable au retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958, il passe plus de vingt ans dans l'opposition. L'Affaire de l'Observatoire menace pour un temps son ascension politique. Après avoir fondé son propre parti, la Convention des institutions républicaines, il est désigné candidat de l'union de la gauche en vue de l'élection présidentielle de 1965, qu'il perd au second tour face au président sortant, Charles de Gaulle. Devenu premier secrétaire du Parti socialiste en 1971, il est à nouveau le candidat de l'union de la gauche à la présidentielle de 1974, lors de laquelle il est battu au second tour par Valéry Giscard d'Estaing.
Candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle de 1981, il est élu au second tour face à Valéry Giscard d'Estaing. Premier chef d'État issu de la gauche sous la Ve République, il fait notamment voter l'abolition de la peine de mort et un certain nombre de mesures sociales inspirées du programme commun, puis décide du "tournant de la rigueur". Avec la "doctrine Mitterrand", il s'engage à ne pas extrader les anciens terroristes d'extrême gauche. Après la défaite de la gauche aux élections législatives de 1986, il nomme Jacques Chirac à la tête du gouvernement, inaugurant la première cohabitation.
En 1988, il est réélu président de la République face à Jacques Chirac. Son second mandat est marqué par l'engagement militaire de la France dans la guerre du Golfe, par l'adoption du traité de Maastricht, par la deuxième cohabitation (avec Édouard Balladur), par le déclin de sa popularité, par des révélations sur son passé et son état de santé déclinant.
Ayant effectué deux septennats complets, François Mitterrand détient le record de longévité à la présidence de la République française. Atteint d'un cancer de la prostate diagnostiqué dès 1981, il meurt quelques mois après son départ de l'Élysée.

Source : Wikipédia


2005, France, Biopic
Réalisé par Robert Guédiguian
Scénario de Gilles Taurand & Jean-Marc Benamou d'après son livre "Le dernier Mitterand"
Photographie de Renato Berta
Décors de Michel Vandestien
Costumes de Juliette Chanaud
Montage de Bernard Sasia
Son de Laurent Lafran
Mixage son de Gérard Lamps
Montage son de Valérie Meffre
Casting de Pierre Sénélas
Durée 1 h 57

Avec Michel Bouquet, Jalil Lespert, Philippe Fretun, Anne Cantineau, Sarah Grappin, Catherine Salviat, Jean-Claude Frissung, Philippe Lemercier, Serge Kribus, Geneviève Casile, Gisèle Casadesus...

Résumé : Ce film raconte l'histoire d'une fin de règne et d'une fin de vie : celle de François Mitterrand.Alors que le Président livre les derniers combats face à la maladie, un jeune journaliste passionné tente de lui arracher des leçons universelles sur la politique et l'histoire, sur l'amour et la littérature... Des certitudes sur la vie.Mais le vieil homme n'en a guère à dispenser car c'est pour lui le moment où passé, présent et futur se confondent en un seul temps ; ce temps où seuls les doutes demeurent, ce temps où tous les hommes sont égaux : celui de la proximité avec la mort...

Prix & Récompenses : César 2006 : Meilleur acteur.


Franklin Delano Roosevelt

Franklin D. Roosevelt est né à à Hyde Park, dans l'État de New York (USA) le 30 Janvier 1882.
Son père, James Roosevelt, est un riche entrepreneur appartenant à une famille aristocratique d'origine hollandaise et sa mère, Sara Delano, est issue d'une riche famille aristocratique d'origine française
Franklin Delano Roosevelt empoche son diplôme à Harvard en 1904 avant de devenir avocat. Finalement, il s'oriente vers la politique lors de son élection en tant que sénateur démocrate de l'Etat de New York. Son parcours est interrompu en 1921 par la maladie. Atteint de poliomyélite, il manque de perdre complètement l'usage de ses jambes.
Il reprend néanmoins la vie politique en accédant au poste de Gouverneur de l'Etat de New York.
Le 8 novembre 1932, Roosevelt est élu à la présidence des Etats-Unis et doit maintenant prendre en charge un pays durement affecté par la crise économique de 1929. Il met alors un point un programme de mesures d'urgence, appelé "New Deal". Critiqué par certains politiques mais soutenu par le peuple, Roosevelt s'applique ainsi à améliorer la situation des Etats-Unis, jusqu'à la guerre.
Il se lance progressivement dans la Seconde Guerre mondiale, soutenant la Grande-Bretagne et la France.
Il est de nouveau élu Président des Etats-Unis en 1940, puis en 1944.
Il meurt d’une hémorragie cérébrale pendant ses vacances le 12 avril 1945 à Warm Springs (Etats-Unis).
Source : Linternaute


(Hyde Park on Hudson)

2012, Grande-Bretagne, Biopic
Réalisé par Roger Michell
Scénario de Richard Nelson
Photographie de Lol Crawley
Musique de Jeremy Sams
Décors de Simon Bowles & Celia Bobak
Direction artistique d'Hannah Moseley & Mark Raggett
Costumes de Dinah Collin
Montage de Nicolas Gaster
Casting d'Ellen Lewis & Gail Stevens
Scripte de Sue Hills
Durée 1 h 34

Avec Bill Murray, Laura Linney, Samuel West, Olivia Colman, Elizabeth Marvel, Olivia Williams, Elizabeth Wilson, Martin McDougall...

Résumé : Juin 1939, le Président Franklin D. Roosevelt attend la visite du roi George VI et de son épouse Elizabeth, invités à passer le week-end dans sa propriété à la campagne. C’est la première visite d’un monarque britannique aux Etats-Unis. La Grande-Bretagne se prépare à entrer en guerre contre l’Allemagne et espère obtenir l’aide américaine. Les bizarreries et l’étrange mode de vie du président étonnent les souverains. En ce week-end royal, pris entre les feux de sa femme, sa mère et sa secrétaire, les affaires internationales ne sont pas vraiment la priorité de Roosevelt davantage intéressé par sa relation avec sa cousine Daisy...


Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarközy est né le 28 janvier 1955 dans le 17e arrondissement de Paris, c'est un avocat et homme d'État français. Il est le 23e président de la République française du 16 mai 2007 au 15 mai 2012.
Il occupe d'abord les fonctions de maire de Neuilly-sur-Seine, député des Hauts-de-Seine, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, ministre de la Communication ou encore de président par intérim du Rassemblement pour la République (RPR). À partir de 2002, il est notamment ministre de l'Intérieur, ministre de l'Économie et des Finances et président du conseil général des Hauts-de-Seine. Il est alors l'un des dirigeants les plus en vue de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), qu'il préside de 2004 à 2007.
Il remporte l'élection présidentielle de 2007 avec 53,06 % des suffrages exprimés au second tour, face à la candidate socialiste Ségolène Royal. Son mandat de président de la République française est marqué, entre autres, par une rupture de style par rapport à ses prédécesseurs, par plusieurs réformes comme celle des universités en 2007 ou des retraites en 2010, et par l'impact de grands événements internationaux tels que la « Grande Récession » et la crise de la dette dans la zone euro. Candidat à sa réélection en 2012, il est battu par le candidat socialiste François Hollande, obtenant 48,36 % des votes exprimés au second tour.
Après son départ de la présidence, il annonce se mettre en retrait de la vie publique et siège pendant quelques mois au Conseil constitutionnel, dont il est membre de droit et à vie. Il effectue son retour en politique en annonçant sa candidature à la présidence de l'UMP, à laquelle il accède en décembre 2014.

Source : Wikipédia


2011, France, Biographie
Réalisé par Xavier Durringer
Scénario de Patrick Rotman & Xavier Durringer
Photographie de Gilles Porte
Musique de Nicola Piovani
Décors d'Eric Durringer
Costumes de Jürgen Doering
Montage de Catherine Schwartz
Son de Gabriel Hafner, François Musy & Guillaume Sciama
Casting de Françoise Menidrey
Scripte de Carole Fevre
Durée 1 h 45

Avec Denis Podalydès, Florence Pernel, Bernard Le Coq, Michèle Moretti, Samuel Labarthe, Emmanuel Noblet, Hippolyte Girardot, Mathias Mlekuz, Grégory Fitoussi, Pierre Cassignard, Dominique Besnehard, Michel Bompoil, Saïda Jawad, Gérard Chaillou, Yann Babilée, Laurent Olmedo...

Résumé : 6 mai 2007, second tour de l'élection présidentielle. Alors que les Français s’apprêtent à élire leur nouveau Président, Nicolas Sarkozy, sûr de sa victoire, reste cloîtré chez lui, en peignoir, sombre et abattu. Toute la journée, il cherche à joindre Cécilia qui le fuit. Les cinq années qui viennent de s'écouler défilent: elles racontent l'irrésistible ascension de Sarkozy, semée de coups tordus, de coups de gueule et d'affrontements en coulisse. La conquête : L'histoire d'un homme qui gagne le pouvoir et perd sa femme...