Accueil
Acteurs
Actrices
Compositeurs
Films
Photographes
Réalisateurs
Scénaristes
Technique
Récompenses
Thèmes
Contact










   



Le moteur du cinéma

Histoire de la voiture


L'automobile s'est progressivement imposée dans les pays développés comme le principal mode de transport pour la circulation des individus et des marchandises. Son industrie a été l'un des secteurs les plus importants et les plus influents depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et son essor mondial en a été spectaculaire. 250 000 automobiles sont dénombrées en 1907, 500 000 en 1914 avec l'apparition de la Ford T et 50 millions avant la Seconde Guerre mondiale. Le parc automobile triple pendant les Trente Glorieuses et atteint les 300 millions de véhicules en 1975. En 2007, la production annuelle mondiale de voitures passe le cap des 70 millions d'unités. En 2011 la production d’automobiles au niveau mondial aurait atteint 76 millions.
Bien que les premiers modèles soient apparus quelques années plus tôt, le mot "automobile" lui-même n'est forgé qu'en 1875 lorsque l'Académie française se prononce sur son genre, masculin en l'occurrence. Néanmoins, en 1901, elle entérine l'usage du féminin. Le terme "automobile" n'est que rarement employé dans le langage courant, et s'est vu remplacé par le terme "véhicule" ou "voiture". Paradoxalement, les véhicules désignent initialement les engins mobiles mus par une force extérieure, en particulier par les chevaux.
En 1769, l'idée de Ferdinand Verbiest est reprise par le français Joseph Cugnot qui présente le 23 octobre ce qu'il nomme son "fardier à vapeur", un chariot propulsé par une chaudière à vapeur. Développé pour le milieu militaire, cet engin autopropulsé est destiné à déplacer de lourds canons. Il atteint une vitesse de 2 000 toises par heure, soit environ 4 km/h, pour une autonomie moyenne de 15 minutes. Le fardier ne possède ni direction, ni freins, si bien qu'il renverse accidentellement un pan de mur lors d'un essai. Un accident qui démontre néanmoins la force développée par ce véhicule de près de 7 mètres de long mais signe la fin de sa carrière. Le duc de Choiseul, ministre des Affaires étrangères, de la Guerre et de la Marine, est très intéressé par le projet et suit de près cette innovation, dont un deuxième modèle est produit en 1771. Cependant, il quitte son poste un an plus tôt que prévu et son remplaçant ne souhaite pas donner suite au fardier, si bien que ce dernier est stocké à l'arsenal. Le fardier sera par la suite redécouvert par L.-N. Rolland, commissaire général de l'artillerie dans les années 1800, mais Napoléon Bonaparte n'est pas intéressé par cet engin.
La France n'est certes pas le seul pays à développer des modèles à vapeur. L'inventeur américain Oliver Evans est à l'origine de machines à vapeur à haute pression. Il expose en 1797 ses idées sur ces dernières, mais trouve peu d'approbateurs et meurt avant d'avoir vu son invention prendre le rang qu'elle occupe au XIXe siècle. En 1801, l'Anglais Richard Trevithick présente le premier véhicule routier britannique, équipé de 3 roues, pouvant transporter 9 passagers, propulsé à la vapeur, dénommé "London Steam Carriage" et parcourt à son bord 10 milles dans les rues de Londres. Des problèmes fondamentaux concernant la direction, les suspensions et l'état des routes font que l'automobile "routière" est délaissée, laissant place aux chemins de fer.
Les progrès réalisés dans le domaine des machines à vapeur incitent certains à se pencher de nouveau sur les véhicules routiers. Dans la logique des choses, c'est en Angleterre, pionnière dans le développement des chemins de fer, que l'automobile à vapeur prend son essor. Néanmoins, le décret de 1839 limitant la vitesse à 10 km/h pour les diligences à vapeur ainsi que le "Locomotive Act" imposant aux véhicules automobiles d'être précédés d'un homme à pied agitant un drapeau rouge mettent un terme à son développement outre-Manche.
C'est donc en France que l'automobile à vapeur reprend son cours. Parmi les plus fameuses adaptations de la propulsion à vapeur, il convient de signaler celles d'Amédée Bollée qui commercialise en 1873 la première véritable automobile à vapeur, un véhicule appelée "L'Obéissante" capable de transporter 12 personnes à une vitesse de pointe de 40 km/h. Bollée conçoit ensuite, en 1876, un omnibus à vapeur dont les 4 roues sont motrices et directrices, puis en 1878 une voiture appelée La Mancelle plus légère que son premier modèle, qui dépasse facilement les 40 km/h. Présentent lors de l'exposition universelle de 1878 à Paris, ces 2 voitures sont classifiées avec le matériel ferroviaire. Cette exposition permet au public et à plusieurs industriels de découvrir pleinement ces nouveaux engins. Les commandes affluent de toutes parts, d'Allemagne tout particulièrement où une filiale Bollée voit même le jour en 1880. Bollée part alors à la conquête du monde et présente ses modèles de Moscou à Rome, de Syrie en Angleterre. Un nouveau modèle est lancé en 1880, dénommé La Nouvelle, pourvu d'une boîte de vitesses à 2 rapports et d'un moteur à vapeur de 15 ch.
En 1881, le modèle La Rapide de 6 places pouvant atteindre 63 km/h est présenté. D'autres modèles suivront, mais la propulsion à vapeur s'avère une impasse en matière de rapport poids/performance. Bollée et son fils Amédée expérimentent bien une propulsion à l'alcool, mais c'est finalement le moteur à explosion et le pétrole qui s'imposent. Suite aux progrès des motorisations, certains ingénieurs cherchent à réduire la taille de la chaudière. C'est ainsi qu'à l'occasion de l'exposition universelle de Paris de 1889, le premier véhicule à vapeur à mi-chemin entre l'automobile et le tricycle, développé par Serpollet-Peugeot, est présenté. Ce progrès notable est notamment dû à Léon Serpollet qui met au point la chaudière à "vaporisation instantanée". Il obtient par ailleurs sur le véhicule de sa propre conception le premier permis de conduire français. Son châssis mais surtout l'utilisation qu'on lui consacre à l'époque expliquent que ce tricycle soit généralement considéré comme une automobile. Mais malgré l'ensemble de ces prototypes, l'automobile n'est pas encore réellement lancée ; il faudra pour cela attendre la généralisation d'une innovation des années 1860, qui va bouleverser le cours de l'histoire de l'automobile : le moteur à explosion.
C'est en 1883 que Édouard Delamare-Deboutteville fait circuler sa voiture dont le moteur est alimenté au gaz, mais la durit d'alimentation en gaz ayant éclaté au cours de ce premier essai, il remplace le gaz par du carbure de pétrole. Pour utiliser ce produit, il invente un carburateur à mèches. Ce véhicule circule pour la première fois dans les premiers jours de février 1884 et le brevet est déposé le 12 février 1884 sous le numéro 160267. L'antériorité d'Édouard Delamare-Deboutteville sur Karl Benz est donc, semble-t-il, incontestable. Cependant, cette paternité pour l'automobile est très contestée et il semble que les véhicules développés par Delamare-Deboutteville soient loin de fonctionner correctement, certains explosant lors de leur brève utilisation. En effet, bien qu'il soit difficile de définir avec certitude la première voiture de l'histoire, il est généralement admis qu'il s'agit de la Benz Patent Motorwagen, produite par Carl Benz, même si le "British Royal Automobile Club" et l'Automobile Club de France s'accordent à dire qu'il s'agit du fardier de Cugnot. En janvier 1891, Panhard et Levassor font déjà rouler dans les rues de Paris les premiers modèles français équipés du moteur Benz. Ce sont les premières voitures à moteur à explosion commercialisées. M. Vurpillod devient ainsi la même année le premier acquéreur d'une automobile Peugeot sous licence Panhard & Levassor, "sans chevaux". L'histoire semble néanmoins oublier l'inventeur allemand Siegfried Marcus qui, dès 1877, met au point une automobile équipée du moteur 4 temps d'une puissance de 1 cheval, dénommée "machine à carboniser l'air atmosphérique".
Étant donné que l'automobile est très gourmande en carburant, la nécessité de moyen de ravitaillement se fait sentir. Initialement, les conducteurs transportent eux-mêmes du carburant ravitailleur, qu'ils se sont procuré chez le pharmacien. Un jeune norvégien dénommé John J. Tokheim, travaillant dans une entreprise mécanique, est amené à manipuler régulièrement l'essence stockée dans son atelier. Néanmoins, il est conscient du risque que constitue le stockage de ce liquide inflammable dans un lieu où de nombreuses étincelles surgissent de toutes parts. Il imagine ainsi une cuve de stockage ensevelie à l'extérieur de l'usine, reliée par une pompe à eau modifiée. Son invention lui confère un avantage supplémentaire : celui de connaître précisément la quantité de carburant distribuée. Le brevet est déposé en 1901 : la première pompe à essence est née.
Une innovation majeure fait également son apparition à cette époque : le pneumatique. La société "Michelin et Cie" est fondée à Clermont-Ferrand. Les frères Édouard & André Michelin reprennent l'entreprise de construction de patins à frein pour bicyclettes fondée par leur grand-père et mettent au point le premier pneumatique en améliorant le bandage pneumatique en caoutchouc réalisé par John Boyd Dunlop en 1888. Véritable innovation technique, les pneumatiques vont révolutionner l'automobile, lui conférant enfin faible résistance au roulement et stabilité grâce à une meilleure adhérence. L’expérience de Chasseloup-Laubat démontre que les pneumatiques offrent une résistance à l’avancement inférieure de 35 % à celles des roues pleines. Mis au point et breveté en 1891, le premier pneumatique Michelin contenant une chambre à air offre par ailleurs la possibilité d'être démontable. En 1895, ils construisent L'Éclair, première automobile équipée de cette invention. Les pneus de l'Éclair sont gonflés à 6,5 kg et s’usent en 150 km sur une voiture roulant à 15 km/h de moyenne. Les deux frères sont persuadés que dans quelques années, toutes les automobiles seront équipées de pneumatiques. L'histoire leur donnera raison. Bien d'autres innovations voient également le jour : le freinage et la direction s'améliorent significativement, les rayons de bois des roues sont abandonnés au profit de rayons métalliques, l'arbre de transmission remplace l'habituelle chaîne. Les bougies d'allumage, permettant un démarrage à froid optimal, font aussi leur apparition.
Fin XIXe siècle - Début XXe siècle - À partir de cette période, recherche et innovations technologiques vont progresser rapidement en Occident. C'est également à cette période que commencent les "déboires" de l'automobile. Alors qu'elle demeure un objet de luxe réservé aux plus fortunés, les routes sans revêtement ni signalisation s'avèrent très difficiles voire dangereuses à pratiquer. Le démarrage du moteur est quant à lui une épreuve fastidieuse et les intempéries comme la poussière sont redoutés, les occupants du véhicule n'en étant pas protégés.
Plusieurs industriels sont conscients du potentiel de cette nouvelle invention, si bien que de nombreux constructeurs automobiles voient le jour. Panhard & Levassor est ainsi fondé en 1891 et produit les premiers véhicules de série en France. Le 2 avril 1891, Armand Peugeot découvre l'automobile au volant d'une Panhard-Levassor et fonde également son entreprise. Marius Berliet débute ses activités en 1896, et en 1898, Louis Renault construit avec l'aide de ses deux frères Fernand et Marcel sa première voiturette à Billancourt. Georges Latil, en 1897, fait breveter le principe d’une transmission articulée, permettant d’actionner les roues d’un essieu brisé, les rendant ainsi à la fois motrices et directrices, en tant que train avant complet. Tous ces pionniers améliorent la mécanique et les performances, mettant en place une véritable industrie. La France est alors à la pointe de l'automobile, comme le montrent les chiffres de production du début du siècle. En 1903, la France produit 30 204 voitures, soit 48,77 % de la production mondiale, contre 11 235 aux États-Unis. Les rares automobiles d'origine américaine sont la conception des frères Duryea ou encore des frères Aperson. Les Britanniques (9 437), les Allemands (6 904), les Belges (2 839) et les Italiens (1 308) sont les autres pays producteurs. Peugeot, Renault et autres Panhard ont déjà des points de vente aux États-Unis. La France compte 30 constructeurs automobiles en 1900, 57 en 1910 et 155 en 1914. Aux États-Unis, on comptait 50 marques en 1898 et en 1908, 291. Fin 1905, la France compte 21 523 voitures. On en trouve le plus grand nombre dans le département de la Seine, avec 4 627 exemplaires.
"L'histoire de l'automobile est indissociable de la course". Outre le fait que les courses sont une grande source de progrès, elles sont surtout le moyen de démontrer que l'on peut désormais se passer des chevaux. La nécessité de vitesse y imposera le moteur à essence face à l'électricité et la vapeur. Les premières compétitions sont essentiellement des courses d’endurance, si bien que le simple fait d'y participer est synonyme de prestige pour le pilote et le constructeur de l’automobile. Parmi les participants de ces courses se trouvent les grands noms de l'histoire de l'automobile : De Dion-Bouton, Panhard, Peugeot, Benz... Organisée en 1894, Paris-Rouen (connue à l'époque sous le nom de "Concours de voitures sans chevaux") est la première course de l'histoire, dont 7 voitures à vapeurs et 14 à pétrole prennent le départ pour 126 km. Georges Bouton est officieusement, en 5h40, le vainqueur de la course, à bord d'une automobile qu'il construisit avec son associé Adolphe de Dion. Néanmoins, officiellement, il n’est pas classé car le règlement stipule que l’automobile vainqueur doit être "sans danger, aisément maniable et ne pas coûter cher". Les passionnés d'automobile connaissent beaucoup de difficultés et de souffrances. La presse d'abord se fustige de ces "forcenés" conduisant des "monstres". Par ailleurs, les infrastructures automobiles sont pour le moment inexistantes, si bien qu'en 1898 se produit le premier accident mortel : le marquis de Montaignac trouve la mort à bord d'une voiture Landry Beyroux. Cela n'empêche néanmoins pas les concurrents de participer aux courses automobiles, tous étant désireux de faire découvrir "la voiture sans chevaux". Henri Desgrange déclare en 1895 dans L'Auto : "Le moment est très proche où l'automobile va cesser d'être un plaisir de riches pour devenir un objet d'utilité presque exclusivement pratique [...]". Toutes ces courses ont pour conséquence la fin du moteur à vapeur tout en mettant en valeur la souplesse et l'endurance du moteur à explosion mais elles démontrent également, grâce à la Peugeot pilotée par André Michelin, que la voiture gagne beaucoup à "rouler sur l'air". La voiture pilotée par André Michelin lors de la course Paris-Bordeaux, la seule équipée de pneumatiques, est l'une des trois voitures ayant réussi à finir la course, bien qu'elle ait subi de nombreuses crevaisons et cassé un rayon de roue".
Les grands quotidiens, en ce début de XXe siècle, profitent d’une incroyable réputation et d’une certaine influence. Il n’est pas rare que certaines manifestations sportives soient organisées par ces journaux. Elles remportent de surcroît un immense succès. En 1889, James Gordon Bennett, propriétaire fortuné du quotidien New York Herald, décide d'organiser un prix international regroupant des équipes nationales. La France, étant donné qu'elle est le premier constructeur mondial, accueille l'épreuve, l'organise et fixe le règlement. Le 14 juin 1900 commence l'épopée de la Coupe automobile Gordon Bennett, qui se terminera en 1905. 3 équipes françaises engagent des automobiles Panhard-Levassor pilotées par Charron, Girardot et Knyff sur le parcours de 554 km. Charron l'emporte la première année avec une vitesse moyenne de 60,90 km/h et Girardot, la deuxième avec une vitesse moyenne de 59,533 km/h. La France remporte 4 fois la course, affirmant sa prédominance dans l'industrie automobile naissante. En 1903, l'épreuve ne se déroule plus en France mais en Irlande, puis en Allemagne en 1904. Plusieurs millions de spectateurs se pressent sur les routes pour assister à ces courses. Cependant, aucune mesure de sécurité n'est prise, si bien que les enfants ou les animaux sont à l’origine de nombreuses embardées. En 1903, après la course Paris-Madrid où l'on dénombra plusieurs accidents mortels, les courses sur routes ouvertes sont interdites. En effet, l'épreuve comptera 8 morts et se terminera prématurément à Bordeaux. Dès lors, les courses se transforment en rallyes, en spéciales sur routes fermées ou encore en courses de côte très encadrées. Pour les vitesses les plus élevées, des circuits spéciaux ainsi que des pistes d'accélérations sont construites. Les courses automobiles sont également l'occasion d'établir de nombreux records de vitesse. Ces derniers sont révélateurs des progrès techniques réalisés, notamment sur les suspensions ou la direction. Ils véhiculent l'image de leur fabricant, si bien que les courses aux records font souvent office de promotion publicitaire pour les marques automobiles. Par ailleurs, le moteur à explosion n'est pas le moyen privilégié pour atteindre d'importantes vitesses, les défenseurs des motorisations à vapeur ou électriques désirant prouver que le pétrole, dont les évolutions sont rapides, n'est pas la seule source d'énergie efficace. Le premier chronométrage remonte à l'année 1897, pendant laquelle Pierre Alexandre Darracq, fabricant des cycles Gladiator parcourt 10 km en 9' 45" (60,504 km/h) avec un tricycle la Triplette. Le premier chronométrage officiel établissant un record de vitesse est établi le 18 décembre 1898 sur la route d'Achères (Yvelines) par le comte Gaston de Chasseloup-Laubat sur une automobile électrique, la Duc de Jeantaud, à une vitesse de 63,158 km/h. Commence alors un duel entre le comte et le "Baron Rouge", le belge Camille Jenatzy. Le record change 4 fois de main au début de l'année 1899. Néanmoins, atteindre les 100 km/h demeurait un objectif crucial et particulièrement convoité. D'ailleurs certains scientifiques de l'époque prétendaient que le corps humain ne pouvait résister à une telle vitesse. C'est finalement Camille Jenatzy qui remporte ce duel le 29 avril ou le 1er mai 1899 (suivant les sources), toujours sur la route d'Achères, où il dépasse la barre des 100 km/h en atteignant 105,882 km/h à bord de la Jamais Contente N° 25, un véhicule électrique très profilé. L'électricité est, dès la fin du XIXe siècle, une piste explorée par les ingénieurs pour propulser les automobiles. C'est une voiture à vapeur qui met fin au règne des voitures électriques. Le 13 avril 1902, Léon Serpollet atteint 120,805 km/h à bord de l’Œuf de Pâques équipée d'un moteur à vapeur Garnier-Serpollet, sur la Promenade des Anglais à Nice. Le dernier véhicule à vapeur à détenir un record de vitesse est un véhicule à moteur Stanley Steamer qui atteint 195,648 km/h le 26 janvier 1905 à Daytona Beach (Floride) avec Fred H Marriott au volant. La barre des 200 km/h est dépassée le 6 novembre 1909 par le français Victor Héméry à Brooklands en Grande-Bretagne avec un véhicule équipé d'un moteur Benz de 200 cv qui atteint 202,681 km/h. Le dernier record de vitesse à être établi sur une route publique fermée à la circulation l'est à Arpajon (Essonne) le 12 juillet 1924 par l'anglais Ernest A. D. Eldridge sur une voiture Fiat Spéciale Méphistophélès à 234,884 km/h. Les records de vitesse ne cesseront jamais d'être battus par des véhicules de moins en moins traditionnels.
L'automobile devient un objet de luxe que l'on expose. Les grands salons automobiles naissent au parc des Tuileries en 1898. Seules les automobiles pouvant parcourir la distance Paris-Versailles-Paris sont acceptées dans le salon. L’année 1902 est celle du premier salon de l’automobile à part entière, dénommé à l’époque "Exposition internationale automobile". 300 exposants sont représentés dans le salon. Une "société d'encouragement", aujourd'hui connue sous le nom d'"Automobile Club de France", est fondée en 1895 par Albert de Dion, Pierre Meyan et Étienne de Zuylen.
L'automobile suscite très vite la polémique. Alors que le parc automobile croît rapidement, les infrastructures adaptées ne sont pas encore mises en place. Ce sont d’ailleurs les marchands de bicyclettes qui réparent et entretiennent les automobiles. L'automobile effraie les animaux (les automobilistes seront surnommés les "tueurs de poules"), elle est très bruyante et dégage une odeur nauséabonde. Bouleversant la quiétude des piétons dans les villes, beaucoup désirent l'interdire. Ces derniers n’hésitent pas à lancer des pierres ou du fumier sur les automobiles qui croisent leur chemin. Les publications humoristiques de la Belle Époque font d’ailleurs souvent occurrence au thème de l'"automobiliste-écraseur". C’est ainsi qu’en 1889, les premiers arrêtés font leur apparition. Le marquis italien Carcano "ose" se déplacer en De Dion-Bouton à vapeur dans le centre ville de Nice. Effrayés et sûrement surpris, les habitants signent une pétition et l'envoient au maire. Appliquant l'arrêté du 21 février 1893, le maire interdit le passage des automobiles à vapeur dans le centre-ville. Néanmoins, la loi sera assouplie en 1895, accordant aux automobiles électriques ou à essence de rouler à moins de 10 km/h. Au-delà des moyens de transports, l'automobile bouleverse l'approche culturelle des modes de déplacements. L'opposition entre progrès technique et religion est parfois brutale. Les ecclésiastiques s'opposent à cet engin qui "ressemble plus à un diable qu'à un humain". C'est ainsi que naissent en 1902 les bases de la réglementation routière. La Cour de cassation accorde aux maires la possibilité de réglementer la circulation dans leur ville. Les premiers panneaux de signalisation - notamment les panneaux de limitation de vitesse allant de 4 à 10 km/h - font leur apparition. Dès 1893, la législation française fixe la limite de vitesse à 30 km/h sur les routes et 12 km/h dans les agglomérations, des vitesses inférieures à celles des véhicules hippomobiles. Certaines villes comme Paris sont rapidement encombrées, obligeant la mairie de Paris à interdire la circulation automobile dans certaines rues. Peu de temps après, un "certificat de capacité à la circulation" est mis en place, ainsi que les premières plaques d'immatriculation alors que les premières lignes régulières d'omnibus, développées par la Compagnie Générale des Omnibus, font leur apparition en juin 1906. Les cochers de fiacres se transforment progressivement en chauffeur de taxis, dont Renault est le principal constructeur. On estime à 10 000 le nombre de taxis mis en circulation en 1914. Des panneaux d'indication de danger et des panneaux de noms de communes sont mis à disposition des communes, vers 1910, par Michelin, également à l'origine de l'installation des bornes kilométriques. Les automobilistes ne sont désormais plus obligés de descendre de voiture pour demander aux résidents dans quelles villes ils se trouvent.
Étant donné que l'automobile devient très vite un objet de luxe, elle attire la convoitise. En France, la première automobile volée est celle du baron Zulien, une Peugeot, stockée dans son garage. Mais au-delà des vols, l'automobile devient véritablement un moyen pour les malfaiteurs de s'échapper rapidement et efficacement du lieu de leur méfait. L'exemple le plus explicite est celui de la Bande à Bonnot, premier groupe à se servir de l'automobile comme "outil de délinquance". D'ailleurs, en 1907, en réponse à cette nouvelle délinquance, Georges Clemenceau crée des brigades régionales de police mobile, surnommées les "brigades du Tigre", référence au surnom de Clemenceau. D'autres figures célèbres sont ainsi indissociables de l'automobile. La légende de Bonnie & Clyde, célèbres voleurs des années 1930, ne serait pas ce qu'elle est sans l'automobile. Ils trouvent la mort dans leur automobile, fusillés durant une course poursuite avec la police. L'histoire retient également celle d'Al Capone et de sa Cadillac 85 Town Sedan, propulsée par un moteur V8 de 90 cv pouvant atteindre une vitesse de pointe de 130 km/h. Blindée et très bien équipée sur le plan de la sécurité, la voiture sera utilisée, après l'arrestation d'Al Capone, pour transporter le président des États-Unis, Franklin Delano Roosevelt.
Inventions contemporaines, l'automobile et le cinéma sont liés depuis leurs débuts. L'automobile devient très vite, pour le cinéma, une source d'inventivité : les courses-poursuites fascinent et les accidents suscitent le rire, tant la mise en scène est tournée de façon burlesque. L'automobile est d'ailleurs souvent utilisée dans les comédies de Laurel et Hardy, notamment dans un de leurs premiers courts-métrages, intitulé Le Garage. Il s'agit d'une succession de scènes comiques liées uniquement à l'automobile. La Ford T est tout particulièrement utilisée dans leurs films. L'automobile est un "formidable" accessoire pour le cinéma, utilisée dans les scènes romantiques où deux amoureux s'embrassent, dans les scènes d'actions pour transporter les cadavres de la mafia... Bien plus tard, l'automobile deviendra même actrice principale comme dans "Un amour de Coccinelle" ou encore "Christine".
Rapidement, l'automobile s'industrialise. Si la France peut être considérée comme pionnière dans la conception des automobiles, c’est aux États-Unis que celle-ci prend toute son ampleur. L'industrie automobile américaine, à l’image de Ford et de General Motors, connaît une croissance rapide. La standardisation, l'économie de main-d'œuvre et la concentration des entreprises sont autant de facteurs de cette prospérité américaine. Plusieurs grands constructeurs américains naissent dans les années 1920-1930 : Chrysler en 1925, Pontiac en 1926, LaSalle en 1927, Plymouth en 1928.
Première Guerre mondiale - Les Taxis de la Marne - En France, l'automobile joue un rôle important lors de la Première Guerre mondiale. Les soldats, qui avaient l'habitude d'utiliser le cheval ou de marcher à pied, profitent désormais des automobiles pour se déplacer rapidement, mais également transporter facilement les munitions et les vivres. C'est toute l'organisation sur le champ de bataille et principalement de l'arrière qui est ainsi modifiée. En effet, le transport des blessés s'effectue désormais en camions spécialement aménagés, mettant ainsi fin aux ambulances hippomobiles. Les Taxis de la Marne sont l'exemple de ce bouleversement suscité par l'automobile. En 1914, les Allemands font une importante percée dans les lignes françaises obligeant le général Joffre à planifier une grande offensive. Les Français doivent dès lors acheminer des troupes supplémentaires pour enrayer l'avancée allemande. Les trains n'étant pas disponibles, inefficaces ou de trop faible capacité, le général Joseph Gallieni pense alors à réquisitionner massivement les taxis parisiens. L'ordre est lancé le 7 septembre 1914 à 13 heures et à 18 heures, près de 600 taxis sont réquisitionnés. Ces derniers, rassemblés devant l’École militaire à Paris, vont transporter quelque 5 000 soldats sur le front, à raison de 5 voyageurs par taxi et deux allers-retours. Grâce à cette idée, Paris est sauvé des Allemands. Il s'agit de la première utilisation d'envergure de l'automobile dans la guerre, profitant par là même à son essor et son industrialisation. En 1918, la Grande Guerre est terminée mais les industries sont très fragilisées, les usines détruites, les économies affaiblies. Dès lors, l'Europe suit le modèle américain pour se relever. André Citroën est l'un des industriels les plus prospères à cette époque, ayant su imiter et améliorer le modèle américain. Ainsi, en 1919, il fonde la firme Citroën, source de nombreuses innovations automobiles qui seront à l'origine du succès rapide de la marque. Ce dernier est un admirateur des méthodes américaines et rendra visite à Henry Ford, d'une part pour lui vendre son système d'autochenilles Kégresse-Hinstin, d'autre part et surtout pour en apprendre plus sur les méthodes de fabrication dans les usines automobiles américaines.
Au lendemain de la guerre (39-45), seuls quelques privilégiés peuvent s’offrir une automobile. Et étant donné que les constructeurs européens sont en pleine reconstruction, l’industrie américaine est en tête des ventes automobiles en Europe. La Libération est une période heureuse pour l’Europe, qui s’efface vite pour laisser place au désenchantement. Les conséquences de la guerre sont importantes. La pénurie de charbon, le maintien du ticket de rationnement sont les signes des difficultés que l’Europe traverse pour se relever. Le pays doit se reconstruire avant de pouvoir s’intéresser à l’automobile. Bien que l’apparition de nouveaux modèles, qui deviendront mythiques, comme la Renault 4CV au Salon de l’automobile de 1946 présage le meilleur, l’inflation et la stagnation des salaires font chuter le pouvoir d’achat des ménages. Les années 1946-1947 signent le "retour à la normale" des industries européennes. On constate un essor prodigieux de la production automobile mondiale. Elle triple pendant les Trente Glorieuses (approximativement de 1945 à 1975) pour passer de 10 millions à 30 millions de voitures. La concentration industrielle, les progrès techniques et l'augmentation de la productivité facilitèrent en Europe l'apparition des petites voitures économiques.
Les années 1950 connaissent une forte croissance économique qui se traduit par une augmentation très importante de la production automobile. La refonte des industries initiée à la fin de la guerre prend effet. Le climat social est de nouveau favorable à l’achat de biens de confort et la hausse du niveau de vie est propice à de nouvelles innovations techniques et marketings. Dès 1954, les prix de vente des automobiles baissent pour la première fois depuis des années. Les ménages ont même recours à des crédits pour s’offrir un nouveau véhicule. D’ailleurs, en 1960, l’automobile est pratiquement à portée de toutes les bourses dans les pays industrialisés, tant la variété de gamme est étendue138. Les fifties voient ainsi la production américaine augmenter dans des proportions inédites : 3,5 millions d'unités sont produits en 1947, puis 5 millions en 1949 avant d'atteindre près de 8 millions en 1955. Alors que les Américains produisent des voitures de plus en grandes et opulentes, l'Europe se contente de développer des véhicules économiques à moteurs de moyenne cylindrée. À partir de 1953, les Européens rattrapent leur retard sur les Américains et deviennent leaders sur le marché des petites et moyennes cylindrées. L’Allemagne, qui a su profiter des aides accordées par les Alliés après la guerre et des investissements des industries américaines implantées dans le pays, devient le premier constructeur européen. Néanmoins, certaines entreprises comme BMW et Auto-Union ne pourront pas retrouver leur essor passé dans l'immédiat, étant donné que leurs usines se situent dans la zone annexée par les Soviétiques. Mercedes-Benz, quant à elle, produit des automobiles de moyenne gamme et de luxe, affichant son ambition de conquérir le marché mondial.
Pour faire face à la crise, certains constructeurs n'ont d'autre choix que de s'associer (ou être racheté) avec d'autres constructeurs. De la fin des années 1960 aux années 1980, une vague de concentrations et de regroupements réduit le nombre de constructeurs majeurs : Citroën fait l'acquisition de Panhard en 1965 puis de Maserati en 1968 ; Peugeot rachète Citroën et les filiales européennes de Chrysler pour former le groupe PSA ; Renault prend le contrôle d'American Motors avant de le céder à Chrysler ; VAG fédère Audi, Seat puis Škoda ; Saab rejoint General Motors alors que son compatriote Volvo choisit Ford ; Fiat acquiert Alfa Romeo, Ferrari et Lancia en 1969. Les rachats en série se multiplient, comme le montre l'exemple des constructeurs britanniques. En 1966, la British Motor Holding est formée par l'association de Jaguar, qui racheta auparavant Daimler, et de la BMC, puis fusionne avec Leyland Motor Corporation pour former la British Leyland Motor Corporation. L'année 1965 marque également la création par Volkswagen du groupe "Audi-NSU-Auto Union".
À la fin du XXe siècle, l'automobile fait désormais pleinement partie de la société. Les pays développés dénombrent environ une automobile par habitant, une densité qui n'est pas sans poser de problèmes. Ainsi, depuis les années 1970, l'automobile suscite de nombreuses polémiques, principalement en raison de son impact négatif sur l'environnement et des problèmes de sécurité routière à l'origine d'une des premières causes de mortalité de la population de ces pays. Les États mettent en place de sévères mesures à l’encontre des chauffards, octroyant le droit aux gendarmes de sanctionner voire de retirer sur le champ le permis d’un automobiliste. Des mesures de sécurité vont également être prises dans la conception des automobiles, afin de diminuer ce taux de mortalité.

Source : Wikipédia.
Taxi de la marne

Les années 1920

OH ! LA BELLE VOITURE
(Get out and get under)

1920, USA, Comédie
Réalisé par Hal Roach
Scénario d'H.M. Walker
Photographie de Walter Lundin
Musique de Robert Israel (Musique datant de 2004)
Durée 0 h 25

Avec Harold Lloyd, Mildred Davis, Fred McPherson, Roy Brooks, William Gillespie, Wallace Howe, Gaylord Lloyd, Ernest Morrison...

Résumé : Harold se réveille en retard pour la représentation de la pièce dans laquelle il joue. Pour arriver à l'heure, il "emprunte" la nouvelle voiture qu'il n'a pas encore terminée de payer. Mais l'engin est récalcitrant et lui pose quelques soucis de mécanique, sans parler du code de la route (quelle contrainte !) que les policiers veulent à tout pris lui faire respecter. Harold se lance dans une folle course-poursuite où tout – absolument tout – est ligué contre lui. Arrivera-t-il à temps pour jouer le prince masqué aux côtés de sa belle, ou son rival va-t-il lui ravir la place ?...

Les années 1930

LA FOULE HURLE
(The crowd roars)

1932, USA, Drame
Réalisé par Howard Hawks
Scénario de John Bright, Niven Busch, Kubec Glasmon, Howard Hawks & Seton I. Miller
Photographie de Sidney Hickox, John Stumar, Carl Akeley, Elmer Dyer & Ray Ramsey
Musique de Bernhard Kaun
Conducteur musical : Leo F. Forbstein
Direction artistique de Jack Okey
Montage de Thomas Pratt
Son de Robert B. Lee
Durée 1 h 25

Avec James Cagney, Joan Blondell, Ann Dvorak, Eric Linden, Guy Kibbee, Frank McHugh, Billy Arnold, Leo Nomis, Regis Toomey...

Résumé : Joe Greer est champion de courses automobiles. Il vit avec Lee. Son jeune frère Eddie l'idolâtre et veut suivre ses traces, ce à quoi Joe s'oppose. Eddie passe outre et remporte bientôt autant de succès sur les pistes qu'auprès des femmes. Joe devient jaloux des succès de son cadet...

DÉMONS DE LA ROUTE
(Road Demon)

1938, USA, Drame
Réalisé par Otto Brower
Scénario de Robert Ellis & Helen Logan
Photographie d'Edward Snyder
Musique de Gene Rose
Décors de Thomas Little
Direction artistique de Bernard Herzbrun & Boris Leven
Costumes d'Herschel McCoy
Montage de Jack Murray
Son de William H. Anderson & Bernard Freericks
Durée 1 h 05

Avec Henry Arthur, Joan Valerie, Henry Armetta, Thomas Beck, Bill Robinson, Jonathan Hale, Murray Alper, Eddie Marr, Lon Chaney Jr., Eddie Acuff, Stanley Andrews...

Résumé : Un jeune pilote automobile, fils d'un vétéran des pistes, tente de suivre les traces de son célèbre père et de restaurer l'honneur de ce dernier, terni par sa mort dans un accident provoqué par des racketteurs impitoyables et maquillé en erreur de pilotage due à l'alcool. Le jeune homme est assisté par le camionneur et amateur de courses Jimmy Blake, qui l'aide à vaincre les escrocs qui à présent l'ont pris pour cible...

Les années 1950

POUR PLAIRE À SA BELLE
(To please a lady)

1950, USA, Romance
Réalisé par Clarence Brown
Scénario de Barré Lyndon & Marge Decker
Photographie d'Harold Rosson
Musique de Bronislau Kaper
Décors d'Edwin B. Willis
Direction artistique de James Basevi & Cedric Gibbons
Costumes d'Helen Rose
Montage de Robert Kern
Son de Charles E. Wallace
Scripte de John Banse
Durée 1 h 31

Avec Clark Gable, Barbara Stanwyck, Adolphe Menjou, Will Geer, Roland Winters, William C. McGaw, Lela Bliss, Emory Parnell, Erville Alderson...

Résumé : Vétéran de guerre, Mike Brennan est un as du volant qui est prêt à toutes extrémités pour l'emporter sur la piste. Un jour, Regina Forbes, journaliste influente, rédige un article qui dénonce Mike comme responsable d'accidents mortels. Il perd sa licence...
GENEVIÈVE

1953, Grande-Bretagne, Comédie
Réalisé par Henry Cornelius
Scénario de William Rose
Photographie de Christopher Challis
Musique de Larry Adler
Direction artistique de Michael Stringer
Costumes de Marjory Cornelius
Montage de Clive Donner
Casting de Weston Drury Jr.
Durée 1 h 26

Avec Dinah Sheridan, John Gregson, Kay Kendall, Kenneth More, Geoffrey Keen, Reginald Beckwith, Arthur Wontner, Joyce Grenfell...

Résumé : C'est le moment du rallye de vieilles voitures entre Londres et Brighton, et ce n'est pas l'amitié d'Alan McKim et Ambrose Claverhouse qui va empêcher ces deux-là d'essayer de s'humilier mutuellement. Sur le parcours, de vieilles rancunes sont ravivées au point que les deux hommes décident de faire un pari "amical" sur celui qui sera le premier à regagner Londres...

Prix & Récompenses : Bafta 1954 : Meilleur film britannique.
LE CERCLE INFERNAL
(The racers)

1955, USA, Drame
Réalisé par Henry Hathaway
Scénario de Charles Kaufman d'après un roman d'Hans Ruesch
Photographie de Joseph MacDonald
Musique d'Alex North
Décors de Stuart A. Reiss & Walter M. Scott
Direction artistique de George Patrick & Lyle R. Wheeler
Montage de James B. Clark
Montage son d'Al Dripps & Herbert Travis
Durée 1 h 28

Avec Kirk Douglas, Bella Darvi, Gilbert Roland, Cesar Romero, Lee J. Cobb, Katy Jurado, Charles Goldner, John Hudson, George Dolenz, John Wengraf, Carleton Young...

Résumé : Gino Borgesa est un coureur automobile indépendant. Au cours du grand prix de Monaco, il est victime d'un accident, provoqué par Nicole Laurent, une danseuse étoile. Leur rencontre tragique change le cours de leur vie. En effet, éperdument amoureuse, Nicole abandonne la danse pour aider Gino à retrouver son rang international...

Les années 1960

LA BELLE AMÉRICAINE

1961, France, Comédie
Réalisé par Robert Dhéry & Pierre Tchernia
Assistant réalisateur : Maurice Frydland
Scénario d'Alfred Adam, Robert Dhéry & Pierre Tchernia
Photographie de Ghislain Cloquet
Musique de Gérard Calvi
Décors de Lucien Aguettand
Costumes de Neel Couture & Maggy Rouff
Montage d'Albert Jurgenson
Son de Robert Teisseire
Scripte d'Annie Maurel
Durée 1 h 44

Avec Alfred Adam, Colette Brosset, Robert Burnier, Pierre Dac, Eliane D'Almeida, Bernard Dhéran, Robert Dhéry, Annie Ducaux, Jacques Fabbri, Louis de Funès, Bernard Lavalette, Jean Lefebvre, Jacques Legras, Christian Marin, Jean Richard, Michel Serrault, Catherine Sola, Pierre Tchernia, Jean Carmet, Jacques Charrier, Christian Duvaleix, Roger Pierre, Jean-Marc Thibault, André Badin, Bruno Balp, Jacques Balutin, Gilberte Géniat, Guy Grosso, Michel Modo, Claude Piéplu, Paul Bisciglia, Henri Diamant-Berger, Gérard Hernandez...

Résumé : Paulette incite son mari Marcel, ouvrier d'usine, à acquérir une luxueuse voiture proposée dans les petites annonces, plutôt que d'acheter la moto délabrée d'Alfred. Et c'est au volant d'une magnifique voiture américaine que Marcel fait une entrée fracassante dans le quartier...

LA MERVEILLEUSE ANGLAISE
(The fast lady)

1962, Grande-Bretagne, Comédie
Réalisé par Ken Annakin
Scénario de Jack Davies & Henry Blyth
Photographie de Reginald H. Wyer
Musique de Norrie Paramor
Direction artistique d'Harry Pottle
Montage de Ralph Sheldon
Montage son de Lionel Selwyn
Durée 1 h 35

Avec Leslie Phillips, Julie Christie, James Robertson Justice, Stanley Baxter, Kathleen Harrison, Eric Barker, Fred Emney, Eddie Gray, Allan Cuthbertson...

Résumé : Lors d'une promenade à bicyclette, le petit fonctionnaire Murdoch Troon est projeté dans un fossé par la voiture du puissant Charles Chingford. Reprenant ses esprits, il se rend chez ce milliardaire afin de demander réparation. Là, il tombe fou amoureux de Claire, la fille du milliardaire, qui se passionne pour les voitures. Suivant les conseil de son ami Freddy, Murdoch dépense toutes ses économies dans l'achat d'une vieille Bentley pour séduire Claire. Mais Murdoch Troon n'a pas le permis...
LA ROLLS-ROYCE JAUNE
(The yellow rolls-royce)

1964, Grande-Bretagne, Comédie
Réalisé par Anthony Asquith
Scénario de Terence Rattigan
Photographie de Jack Hildyard
Musique de Riz Ortolani
Décors de Pamela Cornell & John Jarvis
Costumes d'Anthony Mendleson
Montage de Frank Clarke
Montage son de Philip Barnikel
Casting d'Irene Howard
Durée 2 h 02

Avec Ingrid Bergman, Rex Harrison, Shirley MacLaine, Jeanne Moreau, George C. Scott, Omar Sharif, Alain Delon, Art Carney, Edmund Purdom, Michael Hordern, Roland Culver, Isa Miranda, Grégoire Aslan, Anthony Dawson...

Résumé : Dans les années 30. Le marquis de Frinton, sous-secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères britannique, offre à Eloïse, son épouse, une splendide Rolls-Royce jaune. Mari prodigue mais malheureux, il surprend bientôt la belle en galante compagnie. Amer, il décide aussitôt de se séparer de la voiture. Quelques années plus tard, la Rolls se trouve en Italie, aux mains d'un collaborateur d'Al Capone, répondant au nom de Paolo Maltese, qui vient présenter sa fiancée, Mae, à ses parents. Parti aux Etats-Unis pour affaires, Paolo confie Mae à son garde du corps, qui ne pourra empêcher la jeune femme de s'offrir à un beau Napolitain...

Prix & Récompenses : Golden Globes 1966 : Meilleure chanson.
LA GRANDE COURSE AUTOUR DU MONDE
(The great race)

1965, USA, Comédie
Réalisé par Blake Edwards
Scénario de Blake Edwards & Arthur A. Ross
Photographie de Russell Harlan
Musique d'Henry Mancini
Décors de Fernando Carrere & George James Hopkins
Direction artistique de Fernando Carrere
Costumes de Donfeld
Montage de Ralph E. Winters
Son de M.A. Merrick
Scripte de Betty A. Griffin
Durée 2 h 40

Avec Jack Lemmon, Tony Curtis, Natalie Wood, Peter Falk, Keenan Wynn, Arthur O'Connell, Vivian Vance, Dorothy Provine, Ross Martin, George Macready...

Résumé : Lors de la première grande course autour du monde, entre New York et Paris s'affrontent en 1908 six candidats. Parmi eux, le grand Leslie et le professeur Fate, au costume aussi noir que l'âme. La féministe Maggie Dubois, reporter, couvre l'évènement et réussit à prendre place dans le bolide de Leslie...

Prix & Récompenses : Oscar 1966 : Meilleurs effets sonores.

LIGNE ROUGE 7000
(Red line 7000)

1965, USA, Drame
Réalisé par Howard Hawks
Scénario de George Kirgo, Howard Hawks & Steve McNeil
Photographie de Milton R. Krasner
Musique de Nelson Riddle
Décors de Claude E. Carpenter & Sam Comer
Direction artistique d'Arthur Lonergan & Hal Pereira
Costumes d'Edith Head
Montage de Bill Brame & Stuart Gilmore
Montage son de Keith Stafford
Scripte de Della Ross
Durée 1 h 50

Avec James Caan, Laura Devon, Gail Hire, Charlene Holt, John Robert Crawford, Marianna Hill, Skip Ward, Norman Alden, George Takei, Teri Garr, Howard Hawks, Jerry Lewis...

Résumé : Célèbre coureur automobile, Pat Kazarian dirige une écurie, où se trouvent Mike Marsh et Jim Loomis, qui se doit se marier avec Holly. Mais quand celle-ci débarque à Daytona, pour le rejoindre, elle apprend son décès dans un accident de voiture. Tandis que, n'ayant nulle part où aller, elle se fait engager dans un restaurant tenu par son amie Lindy, Pat remplace Jim par Ned Arp, connu pour être un bon coureur, autant sur les routes qu'avec les femmes. Ce que Pat voit d'un très mauvais œil lorsqu'il se met à tourner autour de sa jeune sœur, Julie...
GRAND PRIX

1966, USA, Drame
Réalisé par John Frankenheimer
Scénario de Robert Alan Aurthur, John Frankenheimer & William Hanley
Photographie de Lionel Lindon
Musique de Maurice Jarre
Décors de Richard Sylbert
Montage d'Henry Berman, Stu Linder & Frank Santillo
Son d'Harry W. Tetrick
Montage son de Gordon Daniel & Van Allen James
Casting d'Irene Howard
Scripte de Portia Tickell
Durée 2 h 59

Avec James Garner, Eva Marie Saint, Yves Montand, Toshirô Mifune, Brian Bedford, Jessica Walter, Antonio Sabato, Françoise Hardy, Adolfo Celi, Claude Dauphin, Enzo Fiermonte, Geneviève Page, Jack Watson, Albert Rémy, Jim Clark...

Résumé : Le pilote américain Pete Aron est renvoyé de l'équipe Jordan-B.R.M. pour avoir causé un très grave accident à Scott Stoddard, un pilote anglais. Sans emploi, il se réfugie auprès de la femme de Stoddard, Pat, qui lasse de n'être que l'ombre de son célèbre époux. De son côté, le pilote français Jean-Pierre Sarti met son couple en péril en entretenant une liaison avec une journaliste de mode, Louise, passionnée de courses automobiles. La liaison sans nuage du pilote Nino Barlini avec Lisa paraît une exception...

Prix & Récompenses : Oscar 1967 : Meilleur son, meilleurs effets sonores & meilleur montage.

CHITTY CHITTY BANG BANG

1968, Grande-Bretagne, Comédie Musicale
Réalisé par Ken Hughes
Scénario de Roald Dahl, Ken Hughes & Richard Maibaum
Photographie de Christopher Challis
Musique d'Irwin Kostal
Décors de Ken Adam
Direction artistique d'Harry Pottle
Assistant directeur artistique : Peter Lamont
Costumes de Joan Bridge & Elizabeth Haffenden
Montage de John Shirley
Durée 2 h 24

Avec Dick Van Dyke, Sally Ann Howes, Lionel Jeffries, Gert Fröbe, Anna Quayle, Benny Hill, James Robertson Justice, Robert Helpmann, Peter Arne, Phil Collins, Desmond Llewelyn...

Résumé : Caractatus Potts vient de mettre au point une voiture révolutionnaire, capable de rouler, de voler et de flotter ! A bord de ce nouvel engin, l'inventer excentrique, ses deux enfants et sa ravissante petite amie vont découvrir un monde merveilleux peuplé de châteaux, de pirates et d'aventures extraordinaires...
UN AMOUR DE COCCINELLE
(The love bug)

1968, USA, Comédie
Réalisé par Robert Stevenson
Scénario de Bill Walsh, Don DaGradi & Gordon Buford
Photographie d'Edward Colman
Musique de George Bruns
Décors d'Hal Gausman & Emile Kuri
Direction artistique de Carroll Clark & John B. Mansbridge
Costumes de Bill Thomas
Montage de Cotton Warburton
Mixage son de Dean Thomas
Montage son de Ben Hendricks & Bill Wylie
Durée 1 h 48

Avec Dean Jones, Michele Lee, David Tomlinson, Buddy Hackett, Joe Flynn, Benson Fong, Joe E. Ross, Barry Kelley, Iris Adrian, Jock Mahoney...

Résumé : Jim Douglas est un jeune coureur automobile qui n'affiche que de médiocres résultats. Un beau jour, il achète une Volkswagen Coccinelle qu'il découvre douée de raison. Cette dernière conduit Jim avec une rapidité inouïe et l'aide à remporter de nombreuses courses. Cependant, Jim préfère penser que son talent commence enfin à parler...

Les années 1970

MACADAM À DEUX VOIES
(Two-lane blacktop)

1971, USA, Drame
Réalisé par Monte Hellman
Scénario de Rudy Wurlitzer, Will Corry & Floyd Mutrux
Photographie de Jack Deerson & Gregory Sandor
Musique de Billy James
Costumes de Richard Bruno
Montage de Monte Hellman
Casting de Fred Roos & Jennifer Shull
Scripte de Bonnie Prendergast
Durée 1 h 42

Avec James Taylor, Warren Oates, Laurie Bird, Dennis Wilson, David Drake, Richard Ruth, Rudy Wurlitzer, Jaclyn Hellman, Harry Dean Stanton...

Résumé : Deux garçons taciturnes traversent le Sud-Ouest américain à bord de leur Chevy 55 grise. Une jeune fille un peu perdue les rejoint dans leur périple, jusqu'à ce que leur chemin croise une rugissante GTO 70 jaune conduite par un quadragénaire. Ils lui proposent un marché : le premier d'entre eux qui atteint Washington gagne le véhicule de l'autre...
POINT LIMITE ZÉRO
(Vanishing point)

1971, USA/Grande-Bretagne, Thriller
Réalisé par Richard C. Sarafian
Scénario de Guillermo Cabrera Infante & Barry Hall
Photographie de John A. Alonzo
Décors de Glen Daniels & Jerry Wunderlich
Montage de Stefan Arnsten
Mixage son de Bill Edmondson, Tom Edwards & Theodore Soderberg
Scripte de Duane Toler
Durée 1 h 39

Avec Barry Newman, Cleavon Little, Dean Jagger, Victoria Medlin, Paul Koslo, Robert Donner, Timothy Scott, Gilda Texter, Karl Swenson, John Amos, Val Avery, Charlotte Rampling...

Résumé : Kowalski est un ancien marine qui a aussi été flic et coureur de stock-car. Il parie qu'il peut rallier Denver à San Francisco en 15 heures. Il conduit donc comme un fou, provoquant la frayeur des motards de la police des autoroutes. Face à ces dangereux slaloms, la police des 4 états décide de l'arrêter mais un jeune radio-reporter lui vient en aide. Une forte connivence nait entre les deux hommes...
LE NOUVEL AMOUR DE COCCINELLE
(Herbie rides again)

1974, USA, Comédie
Réalisé par Robert Stevenson
Scénario de Bill Walsh & Gordon Buford
Photographie de Frank V. Phillips
Musique de George Bruns
Décors d'Hal Gausman
Direction artistique de John B. Mansbridge & Walter H. Tyler
Montage de Cotton Warburton
Mixage son de Dean Thomas
Montage son de Ben Hendricks & Bill Wylie
Durée 1 h 28

Avec Helen Hayes, Ken Berry, Stefanie Powers, John McIntire, Keenan Wynn, Huntz Hall, Ivor Barry, Dan Tobin, Raymond Bailey...

Résumé : Mme Steinmetz aime trop sa maison pour accepter de la céder à un promoteur immobilier, Alonzo Hawk, qui veut la démolir pour bâtir le plus haut immeuble du monde. Alonzo dépêche auprès de la vieille dame son neveu, frais émoulu de la faculté de droit, Willoughby. Convaincu de la bonne foi de son oncle, il apprend de Nicole, qui vit chez Mme Steinmetz, qu'il est en fait un promoteur sans vergogne qui dépossède les petits à son profit. Willoughby, amoureux de Nicole et outré de la mauvaise conduite de son oncle, devient l'allié de Mme Steinmetz et sa coccinelle aux pouvoirs magiques...
HUMAIN, TROP HUMAIN

1974, Documentaire, France
Réalisé par Louis Malle & René Vautier
Scénario de Louis Malle
Photographie d'Étienne Becker
Montage de Suzanne Baron
Durée 1 h 15

Résumé : Un documentaire qui filme minutieusement le travail d'hommes et de femmes dans une usine d'automobiles en France et propose des images du salon de l'Automobile, en tentant de faire sentir ce que peut être la répétition des mêmes gestes pendant 8 heures d'affilée...
LA GRANDE CASSE
(Gone in 60 Seconds)

1974, USA, Action
Réalisé par H.B. Halicki
Scénario d'H.B. Halicki
Photographie de Scott Lloyd-Davies & Jack Vacek
Musique de Ronald Halicki & Philip Kachaturian
Montage de Warner E. Leighton
Scripte de Kristi Gimenez
Durée 1 h 45

Avec H.B. Halicki, Marion Busia, Jerry Daugirda, James McIntyre, George Cole, Ronald Halicki, Markos Kotsikos, Butch Stockton...

Résumé : Mandrain Pace ne vit que pour les belles voitures. Plutôt que de les acheter, il préfère les voler et c’est devenu sa seule raison de vivre. On lui lance alors un nouveau défi : voler 48 voitures d’exception en un temps record. Il ne peut refuser cette mission, surtout lorsqu’il s’agit de se retrouver au volant d’"Eléonor", un bolide assez puissant que racé. Mais pour lui, les ennuis ne font que commencer...
LE PLEIN DE SUPER

1976, France, Comédie
Réalisé par Alain Cavalier
Scénario de Patrick Bouchitey, Alain Cavalier, Etienne Chicot, Bernard Crombey & Xavier Saint-Macary
Photographie de Jean-François Robin
Musique d'Etienne Chicot
Montage de Pierre Gillette
Son de Jean-Louis Ducarme
Durée 1 h 37

Avec Patrick Bouchitey, Etienne Chicot, Bernard Crombey, Xavier Saint-Macary, Béatrice Agenin, Nathalie Baye, Catherine Meurisse, Valérie Quennessen, Jean-Paul Bonnaire, Etienne Draber, Albert Dray, Victor Garrivier...

Résumé : Pour le compte d'un homme d'affaires, deux Lillois de 25 ans descendent dans le midi un break Chevrolet. À Paris, ils sont contraints de prendre à bord deux types en rupture de travail. Tous les quatre ont le cœur brisé par des ratages amoureux. Ils friment, font assaut de roublardises, de provocations et d'agressivité. Le désordre prend le pouvoir dans cette vaste voiture ; elle n'arrivera pas intacte...
ENFER MÉCANIQUE
(The car)

1977, USA, Fantastique
Réalisé par Elliot Silverstein
Scénario de Michael Butler, Dennis Shryack & Lane Slate
Photographie de Gerald Hirschfeld
Musique de Leonard Rosenman
Décors de John McCarthy Jr.
Direction artistique de Loyd S. Papez
Montage de Michael McCroskey
Son de James R. Alexander & Kevin F. Cleary
Montage son de John Stacy
Casting de Lee Schaff Guardino
Durée 1 h 36

Avec James Brolin, Kathleen Lloyd, John Marley, R.G. Armstrong, John Rubinstein, Elizabeth Thompson, Roy Jenson, Kim Richards, Kyle Richards, Ronny Cox...

Résumé : Le jour se lève sur Santa Ynez. Une grosse limousine noire, roulant à vive allure, renverse volontairement deux jeunes cyclotouristes en randonnée. Le choc est si violent que le couple est projeté par-dessus une rambarde. Les corps des jeunes gens s'écrasent une dizaine de mètres plus bas, dans le ravin... Quelques heures plus tard, le même véhicule diabolique écrase un auto-stoppeur. Le conducteur s'acharne en roulant plusieurs fois sur le cadavre. Le shérif Everett, qui mène l'enquête sur cette étrange affaire, est également victime du tueur ! Témoin de la scène, une Indienne prétend que le bolide roulait sans conducteur !...


Les années 1980

LA COCCINELLE À MEXICO
(Herbie goes bananas)

1980, USA, Comédie
Réalisé par Vincent McEveety
Scénario de Don Tait d'après les personnages de Gordon Buford
Photographie de Frank V. Phillips
Musique de Frank De Vol
Décors de Norman Rockett & Roger M. Shook
Direction artistique de John B. Mansbridge & Rodger Maus
Montage de Gordon D. Brenner
Mixage son de Bud Maffett
Montage son de Ben Hendricks & Bill Wylie
Durée 1 h 40

Avec Cloris Leachman, Charles Martin Smith, John Vernon, Stephen W. Burns, Elyssa Davalos, Joaquin Garay III, Harvey Korman, Richard Jaeckel, Iris Adrian...

Résumé : Pete a reçu de son oncle une voiture de course pour participer au grand prix du Brésil. Arrivé au Mexique avec son coéquipier Davie, il est victime du jeune voleur, le cireur de chaussures, Paco qui s'empare de son portefeuille. Les deux camarades prennent livraison du soi-disant bolide : une "coccinelle". Ils se lancent ensuite sur les traces de Paco. Leurs recherches les mènent à trois aventuriers, les dernières victimes de Paco. Il leur a dérobé des photographies devant leur permettre de s'emparer d'un trésor inca...

CHRISTINE

1984, USA, Fantastique
Réalisé par John Carpenter
Scénario de Bill Phillips d'après le roman de Stephen King
Photographie de Donald M. Morgan
Musique de John Carpenter & Alan Howarth
Décors de Cloudia
Costumes de Darryl Levine
Montage de Marion Rothman
Mixage son de Thomas Causey
Montage son de Duane Hartzell, John Post & David E. Stone
Casting de Karen Rea
Durée 1 h 50

Avec Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul, Robert Prosky, Harry Dean Stanton, Christine Belfort, Roberts Blossom, William Ostrander, David Spielberg, Malcolm Danare, Kelly Preston...

Résumé : Arnie, adolescent timide & complexé, tombe amoureux d'une Plymouth Fury 1958 en piteux état. Il la restaure totalement. Son comportement change brusquement quand il conduit la voiture, en effet sa timidité est remplacé par l'agressivité et tous ses complexes sont jetés au dehors pour devenir un séducteur. La voiture au nom de Christine est diabolique, elle ne supporte aucune personne qui se met entre elle & Arnie et surtout pas la nouvelle amie d'Arnie...
TUCKER
(The man and his dream)

1988, Comédie Dramatique, USA
Réalisé par Francis Ford Coppola
Scénario d'Arnold Schulman & David Seidler
Photographie de Vittorio Storaro
Musique de Joe Jackson
Décors de Dean Tavoularis & Armin Ganz
Direction artistique d'Alex Tavoularis
Costumes de Milena Canonero
Montage de Priscilla Nedd-Friendly
Casting de Janet Hirshenson & Jane Jenkins
Scripte de Wilma Garscadden-Gahret
Durée 1 h 50

Avec Jeff Bridges, Joan Allen, Martin Landau, Frederic Forrest, Mako, Elias Koteas, Christian Slater, Nina Siemaszko, Corin Nemec , Marshall Bell, Jay O. Sanders, Peter Donat, Dean Stockwell, Lloyd Bridges...

Résumé : 1948. Preston Tucker est un brillant ingénieur automobile. Visionnaire dans sa partie, il a conçu un véhicule révolutionnaire. Mais les "Trois Grands" de Detroit, Ford, General Motors et Chrysler, se sentent remis en cause par ce self-made man qui bénéficie pourtant du soutien d'un certain Howard Hughes. Ils vont tout tenter pour l'empêcher de réaliser ses projets. Au cours d'un retentissant procès, Preston Tucker va démontrer qu'en l'empêchant de construire ses voitures, c'est le rêve américain que l'on détruit...

Prix & Récompenses : Bafta 1989 : Meilleurs décors.

Les années 1990

RPM

1998, USA/Grande-Bretagne, Action
Réalisé par Ian Sharp
Scénario de J.P. Gardner, Donald Cammell & Roger Avary
Photographie d'Harvey Harrison
Musique d'Alan Lisk
Décors de Thierry François
Costumes de Suzy Peters
Montage de Peter Davies
Casting de Marilyn Johnson
Scripte de Sarah Hayward
Durée 1 h 31

Avec David Arquette, Emmanuelle Seigner, Famke Janssen, Steve John Shepherd, Stephen Yardley, Kenneth Cranham, John Bluthal, Debora Weston, Jean-Luc Bideau, Patrick Allen...

Résumé : Lors d’un rassemblement international d’Automobile, un as du vol de voitures de collection se voit proposer un contrat de plusieurs millions de dollars pour voler le R.P.M., un prototype de voiture qui roule sans essence. Il est mis en concurrence avec une autre spécialiste, Claudia...

Les années 2000

60 SECONDES CHRONO
(Gone in sixty seconds)

2000, USA, Action
Réalisé par Dominic Sena
Scénario de Scott Rosenberg
Photographie de Paul Cameron
Musique de Trevor Rabin, Ice Cube, DMX & Method Man
Décors de Jeff Mann
Direction artistique de Andrew Laws & Stacey R. Litoff
Costumes de Marlene Stewart
Montage de Roger Barton
Mixage son de Peter J. Devlin
Montage son de Suhail Kafity, F. Hudson Miller, Piero Mura, Todd Toon & Gary Wright
Casting de Victoria Thomas
Scripte de Susan Malerstein-Watkins
Durée 1 h 58

Avec Nicolas Cage, Angelina Jolie, Robert Duvall, Giovanni Ribisi, Will Patton, Delroy Lindo, Carmen Argenziano, Arye Gross, Frances Fisher, Chi McBride, Grace Zabriskie, Christopher Eccleston, Vinnie Jones, Scott Caan, Timothy Olyphant...

Résumé : Même si sa vie de voleur est achevée, Memphis doit reprendre du service pour sauver son frère Kip. En effet Memphis est victime d'un chantage d'un groupe mafieux : il doit voler 50 bolides en une nuit pour sauver la vie de son frère. La police, qui n'a jamais pu l'arrêter auparavant, et ses ennemis jurés, l'attendent au tournant...

FAST AND FURIOUS
(The fast and the furious)

2001, USA/Allemagne, Action
Réalisé par Rob Cohen
Scénario de Gary Scott Thompson, Erik Bergquist, David Ayer & Ken Li d'après son article dans le magazine "Racer X"
Photographie de Ericson Core
Musique de BT
Décors de Waldemar Kalinowski & Florence Fellman
Direction artistique de Kevin Kavanaugh
Costumes de Sanja Milkovic Hays
Montage de Peter Honess
Montage son de Brian Best, Paul Curtis, David Pigg, Cathie Speakman, Donald L. Warner Jr., Richard E. Yawn & William Dotson
Casting de Ronna Kress
Scripte de Deirdre Horgan
Durée 1 h 46

Avec Paul Walker, Vin Diesel, Michelle Rodriguez, Jordana Brewster, Rick Yune, Chad Lindberg, Johnny Strong, Matt Schulze, Ted Levine, Ja Rule, Thom Barry...

Résumé : La nuit tombée, Dominic Toretto règne sur les rues de Los Angeles à la tête d'une équipe de fidèles qui partagent son goût du risque, sa passion de la vitesse et son culte des voitures de sport lancées à plus de 250 km/h dans des rodéos urbains d'une rare violence. Ses journées sont consacrées à bricoler et à relooker des modèles haut de gamme, à les rendre toujours plus performants et plus voyants, à organiser des joutes illicites où de nombreux candidats s'affrontent sans merci sous le regard énamouré de leurs groupies. A la suite de plusieurs attaques de camions, la police de L.A. décide d'enquêter sur le milieu des street racers. Brian, un jeune policier, est chargé d'infiltrer la bande de Toretto, qui figure, avec celle de son rival Johnny Tran, au premier rang des suspects...

DRIVEN

2001, USA, Action
Réalisé par Renny Harlin
Scénario de Sylvester Stallone
Photographie de Mauro Fiore
Musique de Brian Transeau
Décors de Charles Wood & Gordon Sim
Direction artistique de Nigel Churcher & Chris Cornwell
Costumes de Mary E. McLeod
Montage de Steve Gilson & Stuart Levy
Casting d'Heidi Levitt & Monika Mikkelsen
Scripte de Portia Tickell
Durée 1 h 57

Avec Sylvester Stallone, Burt Reynolds, Kid Pardue, Stacy Edwards, Gina Gershon, Estella Warren, Til Schweiger, Jean Alesi, Jacques Villeneuve, Robert Sean Leonard...

Résumé : Carl, propriétaire d'une écurie de Formule 1, fait appel à un vétéran meurtri qu'on disait fini pour ce sport, pour calmer la rivalité & l'ardeur entre les deux jeunes loups pilotes de l'écurie. En effet l'un des deux jeunes a entamé une liaison avec l'ancienne petit amie de l'autre... Quelle histoire !...

LA COCCINELLE REVIENT
(Herbie : Fully loaded)

2003, Aventures, France
Réalisé par Angela Robinson
Scénario de Thomas Lennon, Ben Garant, Alfred Gough, Miles Millar, Mark Perez & Gordon Buford
Photographie de Greg Gardiner
Musique de Mark Mothersbaugh
Décors de Daniel Bradford & Barbara Mesney
Direction artistique de David Lazan
Costumes de Frank Helmer
Montage de Wendy Greene Bricmont
Durée 1 h 41

Avec Lindsay Lohan, Justin Long, Breckin Meyer, Matt Dillon, Michael Keaton, Thomas Lennon, Cheryl Hines, Clam Davis...

Résumé : Herbie, la Coccinelle portant le numéro 53 et la plus populaire de l'histoire de l'automobile, est de retour ! (Mon fils remercie Walt Disney). Dans cette toute nouvelle comédie d'aventure, Maggie Peyton, la nouvelle propriétaire de Choupette, la Volkswagen de caractère, est en piste pour la compétition NASCAR. Elle en a bien assez sous les pneus pour nous entraîner dans une comédie à 300 à l'heure...
2 FAST 2 FURIOUS

2003, Action, U.S.A/Allemagne
Réalisé par John Singleton
Scénario de Michael Brandt, Derek Haas, Gary Scott Thompson & Michael Brandt
Photographie de Matthew F. Leonetti
Musique de David Arnold
Décors de Daniel Bradford, Barbara Mesney, Jon Danniells & Rick Simpson
Direction artistique de David Lazan
Costumes de Sanja Milkovic Hays
Montage de Bruce Cannon & Dallas Puett
Montage son de Ben Wilkins
Casting de Kim Hardin
Scripte de Alicia Accardo
Durée 1 h 47

Avec Paul Walker, Tyrese Gibson, Eva Mendes, Cole Hauser, Ludacris, Thom Barry, James Remar, Devon Aoki, Mark Boone Junior...

Résumé : Brian O'Conner a signé sa plus belle action, mais aussi sa faute la plus grave, en laissant filer le chef du gang de voleurs de voitures qu'il avait mission d'infiltrer. Radié de la police de Los Angeles, ce jeune flic rebelle, fan de vitesse et de rodéos, a gardé intact son honneur mais a gâché une belle carrière. Après deux ans de galère, Brian O'Conner se retrouve à Miami et se voit offrir une ultime chance de se racheter. Le FBI et les douanes locales surveillent depuis plusieurs mois le puissant homme d'affaires Carter Verone, qu'ils soupçonnent de se livrer à des opérations de blanchiment d'argent. Mais leurs efforts sont restés vains, le seul indice dont ils disposent pour appâter et démasquer l'énigmatique criminel étant sa passion pour les rodéos. Le temps presse, Brian semble être le seul espoir...

MICHEL VAILLANT

2003, Aventures, France
Réalisé par Louis-Pascal Couvelaire
Scénario de Luc Besson & Gilles Malençon d'après la bande dessinée de Jean Graton & Philippe Graton
Photographie de Michel Abramowicz
Musique de Titus Abbott & Archive
Décors de Jimmy Vansteenkiste
Costumes de Martine Rapin
Montage d'Hervé Schneid
Son de Dominique Lacour
Mixage son de Vincent Arnardi
Montage son de Guillaume Bouchateau & Alexandre Widmer
Casting de Winny Calissoni
Scripte de Carole Fevre
Durée 1 h 43

Avec Sagamore Stévenin, Peter Youngblood Hills, Jean-Pierre Cassel, Diane Kruger, Béatrice Agenin, Lisa Barbuscia, Philippe Bas, Stefano Cassetti, Philippe Lellouche, François Levantal, Agathe de La Boulaye, Stéphane Metzger, Peter Hudson, Marc Berman, Riton Liebman, Gérard Chaillou...

Résumé : Michel Vaillant est un pilote automobile virtuose, champion incontesté dans les rallyes et les circuits du monde entier. Ses succès et ceux de son équipe, l'écurie Vaillante, provoquent autant l'admiration que la jalousie de ceux qui se mesurent à eux. Ruth Wong est le manager de l'équipe Leader. Elle sait jouer de son caractère et de ses charmes, et n'a de cesse de venger la mémoire de son père, le fameux Leader. Prête à tout pour gagner, elle va déployer des trésors d'imagination pour détruire les Vaillant. Michel, concentré, est au volant de sa Vaillante bleue n°10. A ses côtés; Steve Warson, son ami, fabuleux pilote américain, dans la Vaillante n°8. Ils sont sur la grille de départ des 24 Heures du Mans. Juste devant eux, deux voitures rouges monstrueusement agressives, deux pilotes Leader, Bob Cramer et Dan Hawkins...

INITIAL D
(Tau man ji D)

2004, Action, Chine/Hong-Kong
Réalisé par Andrew Lau & Alan Mak
Scénario de Felix Chong d'après les personnages de la bande dessinée de Shuichi Shigeno
Photographie de Yiu-Fai Lai, Wai-keung Lau & Man-Ching Ng
Musique de Kwong Wing Chan
Décors de Silver Cheung
Montage de Wong Hoi
Durée 1 h 45

Avec Shawn Yue, Edison Chen, Jay Chou, Anthony Wong Chau-Sang, Chapman To, Tsuyoshi Abe, Anne Suzuki, Kenny Bee...

Résumé : Takumi, un jeune étudiant, livre chaque matin, avant d'aller en cours, du tofu pour l'entreprise de son père. Lors de ses livraison matinales il dévale les routes du Mont Akina à toute vitesse à bord de sa voiture, une Toyota AE86 blanche et noir. Lors d'une de ses livraisons, il croise la route d'un street racer confirmé qu'il bat avec une grande facilité. Dès lors, les défis de professionnels et d'amateurs du drift lui sont lancés. Le jeune Takumi va devoir se confronter à leurs talents et les vaincre pour s'affirmer comme le meilleur conducteur de la ville... et que le meilleur gagne...

CARS

2006, Animation, USA
Réalisé par John Lasseter & Joe Ranft
Scénario de John Lasseter, Dan Fogelman, Joe Ranft, Jorgen Klubien, Kiel Murray, Phil Lorin, Robert L. Baird, Daniel Gerson, Bonnie Hunt, Don Lake, Steve Purcell & Dan Scanlon
Photographie de Jeremy Lasky
Musique de Randy Newman
Décors de William Cone & Bob Pauley
Montage de Ken Schretzmann
Son de Dee Selby
Casting de Kevin Reher
Durée 1 h 36

Avec les voix françaises de Guillaume Canet, Cécile de France, Bernard-Pierre Donnadieu, Samuel Le Bihan, Pat Angeli, Pascal Selem, Michel Fortin...

Avec les voix originales d'Owen Wilson, Paul Newman, Bonnie Hunt, Michael Keaton, John Ratzenberger, Cheech Marin, Katherine Helmond, Michael Schumacher, Jenifer Lewis, Tony Shalhoub...

Résumé : Flash McQueen, une splendide voiture de course toute neuve promise au succès, découvre que dans la vie, ce n'est pas de franchir la ligne d'arrivée qui compte, mais le parcours que l'on a suivi. Parti pour participer à la prestigieuse Piston Cup, il atterrit suite à une déviation dans la petite ville tranquille de Radiator Springs, sur la Route 66. McQueen va apprendre à connaître Sally, une élégante Porsche 2002, Doc Hudson, une Hudson Hornet 1951 au passé mystérieux, et enfin Mater, une dépanneuse rouillée mais à qui on peut faire confiance. Ils vont l'aider à découvrir qu'il y a des choses plus importantes que les trophées, la gloire et les sponsors...

Prix & Récompenses : Golden Globe 2007 : Meilleur film d'animation.
SPEED RACER

2008, Action, USA/Australie/Allemagne
Réalisé par Andy & Lana Wachowski
Scénario d'Andy & Lana Wachowski d'après la série animée de Tatsuo Yoshida
Photographie de David Tattersall
Musique de Michael Giacchino
Décors d'Owen Paterson & Peter Walpole
Direction artistique d'Hugh Bateup, Marco Bittner Rosser, Sebastian T. Krawinkel & Anja Müller
Costumes de Kym Barrett
Montage de Roger Barton & Zach Staenberg
Mixage son de Felix Andriessens & Christian Wegner
Montage son de Mike Chock
Casting de Lora Kennedy & Lucinda Syson
Scripte de Julie Brown
Durée 2 h 15

Avec Emile Hirsch, Nicholas Elia, Susan Sarandon, Melissa Holroyd, Ariel Winter, Scott Porter, Gian Ganziano, Peter Fernandez, John Goodman, Christina Ricci, Matthew Fox, Moritz Bleibtreu, Richard Roundtree, Benno Fürmann, Melvil Poupaud...

Résumé : Speed Racer est un as du volant qui court pour la firme de son père, concepteur de sa puissante Mach 5. Speed a rejeté une alléchante proposition des Royalton Industries. Il découvre que certaines des plus grandes courses américaines sont truquées par une poignée d'hommes d'affaires véreux...

FAST & FURIOUS 4
(Fast & furious)

2009, Action, USA
Réalisé par Justin Lin
Scénario de Chris Morgan d'après les personnages de Gary Scott Thompson
Photographie d'Amir Mokri
Musique de Brian Tyler
Décors d'Ida Random & Douglas A. Mowat
Direction artistique de Tristan Paris Bourne & David Lazan
Costumes de Sanja Milkovic Hays
Montage de Fred Raskin & Christian Wagner
Casting de Sarah Finn & Randi Hiller
Scripte de Valeria Migliassi Collins
Durée 1 h 47

Avec Vin Diesel, Paul Walker, Jordana Brewster, Michelle Rodriguez, John Ortiz, Laz Alonso, Gal Gadot, Jack Conley...

Résumé : Toujours en cavale, Dom Toretto est amené à revenir à Los Angeles où il rencontre son vieil adversaire, l'agent Brian O'Conner. Leur animosité est toujours aussi vive, mais ils se retrouvent confrontés à un ennemi commun, ce qui les oblige à former une alliance incertaine...

Les années 2010

DEATH RACE : INFERNO

2012, Action, USA/Afrique du Sud
Réalisé par Roel Reiné
Scénario de Tony Giglio & Paul W.S. Anderson d'après les personnages crées par Paul W.S. Anderson, Robert Thom & Charles B. Griffith
Photographie de Roel Reiné & Wayne Shields
Musique de Trevor Morris
Décors d'Andrew Orlando & Andrew McCarthy
Direction artistique de Patrick O'Connor & Mark Walker
Costumes de Danielle Knox
Montage de Radu Ion & Michael Trent
Casting de Bonnie Lee Bouman, Jan Glaser, Gillian Hawser & Mito Skellern
Scripte de Ria Van Heerden
Durée 1 h 45

Avec Luke Goss, Ving Rhames, Danny Trejo, Dougray Scott, Fred Koehler, Tanit Phoenix, Robin Shou, Hlubi Mboya...

Résumé : Le détenu Carl Lucas - alias Frankenstein - est devenu un pilote de légende dans les courses à la mort organisées en prison. Alors qu’une seule victoire le sépare de la liberté, Lucas doit se lancer dans sa compétition la plus dangereuse : la première course à la mort dans le désert. À travers l’Afrique du Sud, dans l’Enfer du désert du Kalahari, Lucas va devoir lutter contre des adversaires sans scrupules, des complots, et les forces titanesques de la nature...


2016, Comédie, France/Macédoine
Réalisé par Nicolas Benamou
Scénario de Frédéric Jardin, Fabrice Roger-Lacan & Nicolas Benamou
Photographie d'Antoine Marteau
Musique de Maxime Desprez & Michaël Tordjman
Décors de Jean-Jacques Gernolle
Direction artistique de Vlatko Zafirkovski
Costumes d'Aurore Pierre
Montage d'Olivier Michaut-Alchourroun
Son d'Amaury de Nexon, Frédéric Le Louet & Julien Perez
Casting de Christel Baras
Scripte de Marie Leconte
Durée 1 h 31

Avec José Garcia, André Dussollier, Caroline Vigneaux, Charlotte Gabris, Vincent Desagnat, Josephine Callies, Stylane Lecaille, Jérôme Commandeur, Philippe Laudenbach, Sissi Duparc, Florence Foresti...

Résumé : Une famille embarque dans son monospace flambant neuf, au petit matin, afin d'éviter les embouteillages pour les vacances d'été. Tom, le père, enclenche son régulateur de vitesse électronique sur 130 km/h. Au moment où une dernière bourde de Ben, le beau-père, pousse Julia, excédée, à demander qu'on fasse demi-tour, Tom s'aperçoit qu'il ne contrôle plus son véhicule. L'électronique de bord ne répond plus, la vitesse est bloquée à 130 km/h puis 160 km/h. Toutes les manœuvres pour ralentir la voiture emballée restent sans effet. Une voiture folle, six passagers au bord de la crise de nerfs et un embouteillage monstre qui les attend à moins de deux cents kilomètres de là...